Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Loi sécurité globale : mobilisés jusqu'au retrait, rejoignons les manifestations du 5 décembre à Besançon, Chalon ou Dijon !

Samedi 5 décembre 2020 /

Préparons celles du 12 décembre dans le Jura

A l'unisson de plusieurs centaines de milliers de personnes dans le pays, plus de 1000 Jurassiennes et Jurassiens ont participé aux manifestations du 20 novembre à Saint-Claude et du 28 novembre à Dole et Lons-le-Saunier pour la défense des libertés et exiger le retrait de la proposition de loi sécurité globale.

Ces mobilisations importantes se sont construites en un temps record. Elles ont contraint le gouvernement à annoncer, dans une grande confusion et avec une curieuse conception des règles constitutionnelles, une réécriture de l'inutile et dangereux article 24 qui s'attaque à la liberté d'expression et à la liberté de la presse. Cet article se situe dans la droite ligne du Schéma national de maintien de l'ordre édicté unilatéralement en septembre par le ministre de l'intérieur, et visant à soumettre les journalistes à la police et aux préfets, mais aussi tout preneur d'images.

Il ne faudrait cependant pas que cet article 24 soit l'arbre qui cache la forêt des autres atteintes aux libertés qui figurent dans ce texte. Il en va ainsi des articles 21 et 22. Le premier permet le visionnage en salle de commandement des images des caméras piétons des policiers et gendarmes. Le second autorise la surveillance des manifestations par drones. Articulés aux dispositifs de reconnaissance faciale, ces articles portent en germe des atteintes intolérables à la vie privée, à la liberté de manifester, à la liberté d'aller et venir, à la protection des lanceurs d'alerte et des sources des journalistes.

Quant aux articles relatifs aux polices municipales et aux sociétés de sécurité privées, ils permettent de leur confier des missions relevant des prérogatives de la police nationale : enquêtes, armement, escorte de détenus vers les palais de justice, surveillances, etc. Ces dispositions poursuivent le démantèlement du service public et sa dégradation.

C'est pourquoi les organisations jurassiennes signataires réclament le retrait pur et simple de cette proposition de loi et du Schéma national de maintien de l'ordre. Elles vont poursuivre des actions de sensibilisation de la population et demander audience aux sénatrices du département.

Restant mobilisées, elles invitent les Jurassiennes et Jurassiens à rejoindre ce samedi 5 décembre à 14h30 les manifestations organisées à Besançon (place de la Révolution), Chalon-sur-Saône (place de Beaune) ou Dijon (place de la République). Pensez à vous munir d'une attestation dérogatoire, téléchargeable sur le site de la Ligue des droits de l'homme : ldh-france.org.

Elles ont prévu d'organiser des rassemblements dans le Jura samedi 12 décembre.

Recommander cet article
0