Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Coup de poignard estival

Mardi 1 août 2017 / Bernard SERAFINOWSKI

 C’est bien connu des politiciens retors, juillet août sont des mois particulièrement propices pour mettre en œuvre et annoncer des mesures restrictives lorsqu’il s’agit de détruire un peu plus les droits dont bénéficient les populations les plus humbles de ce pays. Mais, ça rend impopulaire, forcément.

 

Je veux parler brièvement ici d’une mesure scélérate du gouvernement concernant la diminution mensuelle du montant des diverses allocations logement (APL, ALF, ALS) de 5€ pour toutes et tous à partir d’octobre, puis une réforme générale des APL et des aides sociales, afin de réduire ses dépenses. Pas besoin de nous expliquer que cette future réforme n’aura pour objectif que de réduire drastiquement les diverses allocations,  appauvrissant du coup  les locataires et autres bénéficiaires en réduisant d’une part l’accès à un logement autonome et d’autre part aux autres filets de protection chèrement conquis par nos ainés. Pour justifier cette décision certains voyaient et dénonçaient un soi-disant résultat pervers de cette allocation dont l’effet provoquerait une augmentation des loyers. Aujourd’hui certains nous chantent avec la même logique que la baisse des APL, ALF et ALS entraînera par magie une baisse des loyers. Tout cela n’est que mensonge et puisque l’on se réfère sans arrêt à ce qui se fait à l’étranger, ce dernier argument ne tient pas car le contraire y a été démontré.

 

Pour justifier encore la mesure, on a même assisté à une charge fracassante de la députée Claire O’Petit (5ème de l’Eure) qui après avoir musardé successivement entre le PS et ensuite le Modem, sans véritable succès électoral national, est devenue godillot à la faveur des dernières législatives sous l’étiquette REM. Elle déclare : « Si à 19 ans, 20 ans, 24 ans vous commencez à pleurer parce qu’on vous enlève 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie¹ ? ». Elle ajoute : « C’est ça ou on augmente les impôts. […] Cet argent il se fait pas comme ça. Il faut que tout le monde participe ». Cela démontre qu’elle ne doit pas être dans le besoin et qu’elle se trouve à des années-lumière de la réalité quotidienne qui touche plusieurs millions de nos concitoyens.

 

La baisse des APL, qui s'applique surtout aux personnes les plus vulnérables socialement, est censée selon le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, combler les 150 millions d'euros qui manquent dans le budget de l'Etat. Une économie que les détracteurs de cette proposition rapprochent du « cadeau » estimé à 3 milliards d'euros (20 fois plus) accordé aux plus riches, qui paient l'ISF.

 

Pour expliquer encore  la mesure, j’ai lu dans la presse écrite locale que notre éminence grise locale Pierre Moscivici aujourd’hui commissaire européen aux Affaires économiques avait déclaré que « gouverner » c’est « affronter l’impopularité » au motif de la volonté du gouvernement de ramener le déficit (comprendre les dépenses) sous la barre des 3% en réalisant 20 milliard d’économie en 2018. Il est donc partie prenante des décisions macroniennes. Il démontre aussi par là qu’il a parfaitement compris l'adage d'Alphonse Allais : "Il faut prendre l'argent là où il est, c'est à dire chez les pauvres. D'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais ils sont plus nombreux…. (que les riches)".

 

Pour que l’on ne me reproche pas d’être toujours dans la critique négative, je m’autorise, malgré le parcours prestigieux du grand homme, à lui apporter une modeste suggestion afin de lui éviter de dire des c………s et de l’aider à résoudre l’épouvantail de l’endettement agité toujours aux moments opportuns, en supprimant, par exemple, les aides publiques aux entreprises² (CICE, Pacte de responsabilité et autres) et nous serions directement et largement très en dessous de ce maudit critère de convergence de 3 % qui nous impose pour 2018, ces 20 milliards d'économie . (Traité de Maastrich 1992)

 

Pour conclure, j’ai noté en sus de sa déclaration historique « gouverner » c’est « affronter l’impopularité »   toute l’hypocrisie qu'il y a dans la connivence de : "Ce n'est pas moi qui vais lui dire quelles économies il doit faire"... ben quoi, merde alors, on n'est pas en Grèce ici. Tout le monde sait que Macron qui n'est pas Tsipras n'aura pas besoin d’obéir, le doigt sur la couture du pantalon, à la commission et autres instances européennes, pour développer et aggraver l’austérité. Il en est un fervent soutien.

 

1. Si on commence à les presser comme des citrons à cet âge-là, ils ne pourront pas se payer de Rolex à cinquante ans et ils auront raté leur vie comme disait l’autre.
2. À moins qu'on m'apporte la preuve qu'elles aient été créatrices d'emploi

Une pétition circule sur internet :

Contre la baisse des APL, les étudiants sont bien à 5 euros près !!

 Extraits :

(…)Étudiants en Master, nous connaissons l'importance de l'aide au logement. Nos parents ne peuvent pas subvenir à nos besoins, ils ont déjà du mal à assumer les leurs ! C'est la raison pour laquelle, pour nous, chaque euro compte et nous refusons l'idée que c'est aux précaires de faire des efforts.(…)

(…)ET CELA NE CONCERNE PAS QUE LES ÉTUDIANT-E-S ! Les précaires, les familles monoparentales, les adultes handicapés, les chômeurs et les travailleurs pauvres ... Tous les bénéficiaires de l'APL sont impactés par cette mesure. Refusons-là !(…)