Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

L'Europe, la solidarité et le règlement Dublin

Lundi 25 juin 2018 / CDDLE

Mobilisation européenne le 27 juin à 12 h, à Besançon place du 8 septembre

Après  États Généraux des Migrations une Mobilisation européenne propose une action concertée dans de nombreuses villes européennes

Le 28 juin prochain le Conseil européen se réunit pour discuter des migrations. L’Europe reconnaît l’asile comme droit universel mais, de plus en plus souvent, des règles et des politiques empêchent les demandeurs d’asile d’avoir accès à ce droit et la solidarité européenne n'est pas au rendez-vous.

Les gouvernements européens sont incapables de trouver une solution commune à un défi qui nous concerne tous, comme l'a montré une fois de plus le cas des 629 personnes bloquées dans l'AQUARIUS finalement accueillies en Espagne et comme le montre aujourd'hui le cas du LIFELINE avec 239 migrants à son bord.

Nous, citoyens européens, refusons de nous habituer à ces situations tragiques sans rien dire.

Nous ne pouvons plus continuer sur cette voie qui coûte la vie à ceux qui s'aventurent en mer et fait reposer la majeure partie des responsabilités sur les pays frontaliers à cause du règlement de Dublin qui prévoit que tout migrant dans l'UE fasse l'objet d'une procédure de transfert ou de "réadmission" vers le premier pays où il est entré pour y demander l'asile. Depuis 2013 l'Italie a reçu 700 000 migrants sur ses côtes; or leur accueil ne peut lui incomber à elle seule pour autant. Il en est de même pour chaque pays aux frontières de l'UE.

Ce règlement crée une discrimination entre pays européens. Il y a ceux qui font barrage à l'entrée des étrangers non européens et ceux qui se déchargent de leurs responsabilités sur le dos des premiers.

Le Parlement Européen a voté en nov 17, la suppression du critère du «pays de premier accès » pour le remplacer par un système automatique de relocalisation qui fonctionnerait non seulement en situation d'urgence mais de façon permanente. Que décidera le Conseil Européen ?

Alors que l'arrivée des migrants baisse, la crise n'est donc plus celle des migrants mais celle d'une volonté politique vraiment européenne que Dublin a peu à peu sapé en matière de migration.  Le silence hypocrite de nombreux gouvernements a préparé ainsi la venue d'une extrême droite européenne anti-européenne. Il est paradoxal que ce soit un membre de la Ligue du Nord italienne pactisant avec la mafia qui appuie sur l'incongruité de ce règlement. 

Il faut changer le règlement Dublin et construire un autre système plus solidaire  où chaque pays de l'UE assumera sa part de responsabilité.

Sites à consulter sur ce sujet :

http://europeansolidarity.eu/it/

Immigration : comprendre le règlement de Dublin en 3 questions

Système d’asile européen : en finir avec le règlement Dublin (Centre Primo Levi)

Rétention: une loi dévastatrice pour les droits des «personnes Dublinées»