Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Histoire d’un salarié du Foyer Jurassien Mis à l’écart par la direction de l’OPH du Jura

Jeudi 6 août 2020 / CGT Jura

Un salarié au service des habitants des Mesnils-Pasteur(Dole)

Recruté en 1997 par le Foyer Jurassien, bailleur social pour mener une mission de médiation et d’accompagnement des locataires des Mesnils Pasteur. Mr Mahamdi a su réduire la vacation des logements sur ce quartier populaire de Dole et mettre en place des actions en direction de la jeunesse : chantier de jeunes, médiation avec la population et les institutions,… Il s’est formé pour acquérir des compétences (licence professionnelle en gestion d’habitat social) et a évolué au sein de l’entreprise en mettant à disposition de son employeur son expérience acquise.

Fusion et changement de direction, le début d’un calvaire et d’une santé fragile

A la fusion du Foyer Jurassien et de l’OPH du Jura (en 2015) il s’est vu rétrograder par la nouvelle direction (sous l’égide de Mr Poli) et être dans l’obligation de remplir des missions moins techniques. Ceci l’a également amené à avoir moins de responsabilité (chose qu’il a dénoncé, à l’époque).

Sans lien avéré, c’est à cette période que ses soucis de santé ont débuté : crises d’angoisse, malaises et infarctus. Après 2 années de repos (2017) afin de recouvrir une meilleure santé, il reprend en mi-temps thérapeutique sur un poste de technicien (correspondant à ses qualifications) sur Lons-le-Saunier.

Cette bonne nouvelle fut de courte durée puisqu’il subit brimades et pressions de la part du DRH, Mr Morgant. Lors d’une énième altercation avec celui-ci, Mr Mahamdi fait un malaise cardiaque sur son lieu de travail (juillet 2018).

Un entretien pour une sanction disciplinaire, puis le silence

La direction le convoque ensuite à un entretien préalable pouvant aller jusqu’à une sanction disciplinaire en juillet 2018. Il prendra, en fin de compte, la forme d’une négociation en vue d’une rupture conventionnelle. Mr Mahamdi tombe de nouveau malade. Son employeur s’est engagé à le tenir informé de la mise en place de la rupture conventionnelle.

2 ans de silence. 2 ans sans aucune avancée de son dossier. 2 ans sans emploi et sans fonction dans l’entreprise.

 Yassine MAHAMDI, un salarié gênant ?

Suite à une convocation de la médecine du travail, il est classé apte à reprendre le travail à mi-temps sur un poste adapté.

La direction de l’OPH du Jura lui propose :

-        un poste sur Lons le Saunier demandant peu de qualification à occuper 5 demi-journée par semaine

-        une forte baisse de sa rémunération horaire.

 

Quelle est la volonté de l’OPH du Jura dans cette proposition ?

Ce poste ne correspondant pas à toutes les préconisations de la médecine du travail et justifiant qu’aucun autre poste ne peut lui être proposé, la direction de l’OPH du Jura convoque Mr Mahamdi, ce vendredi 07 Aout, pour un entretien préalable pouvant aller jusqu’au licenciement pour inaptitude professionnelle.

La CGT voit dans cette histoire et dans les démarches de l’OPH du Jura une volonté claire :

-        De mettre en difficulté un salarié gênant (qu’est-ce qui lui est reproché ? Ses problèmes de santé ? ses revendications ?)

-        De ne pas mettre en œuvre les moyens d’assurer de bonnes conditions de travail pour ses salariés

-        De ne pas chercher de solution pour permettre à un de leur salarié de remplir ses missions dans les meilleures conditions tout en respectant les préconisations de la médecine du travail

La CGT dénonce les méthodes de management utilisées au sein de l’OPH du Jura et souhaite que toute la lumière soit faite sur les postes vacant dont Mr Mahamdi auraient pu bénéficier.

La CGT demande la reprise de travail de Mr Mahamdi dans les meilleures conditions de travail possible

Recommander cet article
0