Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

1ère réunion de négociation sur les horaires de travail PSA site de Sochaux

Samedi 11 juillet 2020 / CGT PSA Sochaux

La direction annonce qu’avec les nouveaux horaires de doublage et de nuit, elle voudrait réduire la journée de travail (de l'ordre de 32 minutes pour le doublage et de 24 minutes pour la nuit). Nous aurions pu penser qu’elle souhaitait les laisser aux salariés. Eh bien non ! Elle compte bien compenser cette réduction de la journée de travail en mettant un samedi matin obligatoire dans un cycle de quatre semaines pour les doubleurs et un dimanche de nuit obligatoire dans un cycle identique de quatre semaines.

Le temps quotidien libéré par la nuit et doublage (56 minutes) serait placé en début ou fin de nuit, ou les 2. Ce temps-là, la direction veut le prendre pour elle, soit pour produire plus, soit pour pallier des éventuelles pannes. 

Nous avons dénoncé le fait que la direction normalise le travail du samedi et du dimanche. Une semaine sur 4 les salariés de nuit seraient présents 7 jours sur 7 à l'usine.

Pour nous c’est tout simplement inacceptable !  La CGT, a des propositions en matière de réduction du temps de travail ! Les 32h, par exemple son créateur d’emplois, et permettent de travailler tous et moins ! Voilà un projet d’avenir pour accompagner une usine du futur avec le projet Sochaux 2022. Le lissage de la production entre les sites est aussi un levier pour permettre de produire les véhicules demandés.

Nous avons profité de cette première négociation pour demander que les ex-salariés de nuit puisse garder leur ancienneté de nuit pour faire valoir leur ACCAC (Assurance Collective Contre les Aléas de Carrière) dans le cas où, la futur équipe de nuit remontée en septembre, serait arrêté moins de 6 mois après, la direction ne nous répond pas franchement : elle dit ce n'est pas le débat et qu’ils appliqueront surement les accords.

Accord qui est en défaveur des salariés. Pour la CGT ce serait un juste retour pour les salariés de nuit qui ont comme tout le monde subit de plein fouet les conséquences du COVID 19.

Recommander cet article
0