Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

STOP aux féminicides.

Mardi 17 septembre 2019 / Danièle Secrétant

Ce matin, 8h30. Place Jean-Cornet. La fontaine sur laquelle, sous le fronton, est gravée la devise de Besançon, Utinam. Plaise à Dieu. Au-dessus des vasques, une affichette a été collée, dans la nuit sans doute. 104. Nous en sommes au 104ième féminicide ! Au pied de la fontaine, un panneau de STOP. Je prends une photo et je rentre chez moi. Sur les boites aux lettres de mon immeuble, une autre affichette. Celle d’une distributrice de l’Est-Républicain.

« Dimanche 15/09/2019 à 5h 30 du matin.

Un cri strident et angoissé devant les boites aux lettres. Que s’est-il passé ? Tout simplement, ce cri venait de la porteuse de votre journal L’EST RÉPUBLICAIN. Qui était en train de se faire agresser par un jeune homme très courageux pour s’attaquer à une femme seule, qui se lève tous les jours à 2h30 du matin, pour vous déposer votre journal. Voici une nouvelle que vous ne lirez pas dans votre journal. » conclut-elle, désabusée.

Je reviens à l’affichette sur la fontaine. Je veux l’inclure dans ce billet de blog, mais elle n’est pas au bon « format ». 9h. Je retourne à la fontaine, l’affichette a déjà été enlevée ! Les services de nettoyage de la municipalité ? ( Grâce à Guillaume, on peut quand même voir la photo en cliquant sur la vignette, en haut du billet)

Decaux a les moyens de salir, de mon point de vue, nos rues avec des affiches ventant les mérites d’un nombre de choses bien loin d’une certaine idée que l’on peut se faire de ce que sont l’humanisme et la citoyenneté, par exemple.

Les « activistes » féministes, parlent d’humanisme et de citoyenneté, ELLES. D’autres affichettes en mémoire de femmes féminicidées, avec les prénoms des victimes, ont été collées. Et vite décollées. Par les services de la municipalité ?

Disparues les femmes ! Disparues les affichettes en leur mémoire !

Les élections municipales approchent. Plaise aux candidat-e-s de tous bords de chercher et de trouver des solutions pour mettre fin à toutes les violences faites aux femmes. S’ils, et si elles ont besoin d’informations pour alimenter leur réflexion sur le sujet, un livre : La malédiction d’être fille, de Dominique Sigaud. Des faits et des chiffres terrifiants. Un livre à lire et à faire lire. Il sera chroniqué dans Factuel. Info.

Quelques chiffres extraits du livre de Dominique Sigaud.

"1 fille sur 5 dans le monde subit des violences sexuelles avant 18 ans, en Occident comme ailleurs.

Dans certains pays, la proportion est de 1 sur2.

[…]

En France, 40% des viols et tentatives de viol déclarés concerneraient des mineures de moins de 15 ans.

Au Royaume-Uni, 21% des filles de moins de 16 ans (1 sur 5) ont été victimes d’abus sexuels.

[…]

À force de fœticide (supprimer le fœtus) et de filiacide (tuer sa propre fille) 160 millions de filles manquent en Asie, ce qui en fait le continent le plus masculin du monde.

Pour la première fois en 2016, le Centre asiatique pour les droits de l’homme a évalué à environ 1,5 millions les fœtus féminins éliminés chaque année en raison de leur genre.

[…]

Les technologies permettant de connaître le sexe de l’embryon et de le choisir à l’avance le facilitent. La démocratisation des échographies a depuis longtemps rendu plus accessible financièrement pour les familles modestes la découverte du sexe de l’enfant à venir et son avortement quasi simultané. On vous apprend à la fois que vous attendez une fille et que vous pouvez la faire disparaître ; des cliniques en Inde ou ailleurs proposent ces kits échographie-avortement.

[…]

Certains vont même en Inde jusqu’à le promouvoir quasi ouvertement. « Payez 500 roupies aujourd’hui pour économiser la dépense de 500 000 roupies à l’avenir », sous-entendu : avortez maintenant, vous n’aurez pas à fournir de dot plus tard.

Des chiffres encore.

Plus de 200 millions de filles dans le monde sont victimes de mutilations sexuelles (clitoris et lèvres coupés), 66% des 12 millions de Soudanaises sont infibulées (vagin cousu)

60 millions de filles sont victimes de violences sexuelles à l’école et sur le chemin de l’école, 12% des filles (1sur9) sont mariées avant l’âge de 15 ans.

100 000 enfants sont victimes de traite sexuelle aux États-Unis.

Les mineures représentent plus de 20% des victimes d’exploitation sexuelle forcée."

 La suite de cet état des lieux hélas non exhaustif, sera à lire dans une chronique à venir. Le mieux étant, bien entendu, de lire La malédiction d'être fille.