Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Danièle Secrétant

Contributions au journal

Trois femmes et un confinement /Jour 10

chronique
Jeudi 26 mars 2020 / Danièle Secrétant

Jour 10, quelques révélations ...

Trois femmes et un confinement /Jour 9

chronique
Mercredi 25 mars 2020 / Danièle Secrétant

Si nous n'oublions pas la misère des autres et du monde, ce jour 9 aura quand même le parfum des cookies de Nina.

Trois femmes et un confinement /Jour 8

chronique
Mardi 24 mars 2020 / Danièle Secrétant

Jour où la question de la vie de famille/ en famille se pose...

Accès libre

Trois femmes et un confinement / Jour 7

chronique
Lundi 23 mars 2020 / Danièle Secrétant

« Hier j’ai commencé à avoir une toux sèche et le souffle court, et j’ai passé une très mauvaise nuit, avec des douleurs dans les membres, un mal de crâne qui paraît-il est semblable à une gueule de bois (moi qui n’ai jamais eu la gueule de bois je vois maintenant à quoi ça ressemble c’est pas rigolo)… »

Trois femmes et un confinement / Jour 6

chronique
Dimanche 22 mars 2020 / Danièle Secrétant

  Il va falloir tenir sur la longueur. Un marathon nous attend ! Alors aujourd'hui, jour 6, une pause.

 

Trois femmes et un confinement/ Jour 5

chronique
Samedi 21 mars 2020 / Danièle Secrétant

Jour 5, ça se complique

Trois femmes et un confinement / Jour 4

chronique
Vendredi 20 mars 2020 / Danièle Secrétant

Comment revenir à nos récits en cours ? Et comment transformer ce que nous vivons, et qui prend beaucoup de place, en histoire ? Car le récit est une affaire de distance, une affaire de temps. Ce que nous vivons en ce moment, nous ne pouvons que le chroniquer, et c’est tout à fait différent.

Trois femmes et un confinement/Jour 3

chronique
Jeudi 19 mars 2020 / Danièle Secrétant

Le plein, le vide. L’utile, l’inutile. L’essentiel, le futile… Je vais revoir le contenu de tous mes tiroirs, placards… Mais pas le contenu de MES bibliothèques. Là, c’est sûr, c’est de l’utile, de l’essentiel, du fondamental, du vital…

Trois femmes et un confinement/ Jour 2

chronique
Mercredi 18 mars 2020 / Danièle Secrétant

Et puis tout d’un coup tout s’arrête. Ce n’est pas moi qui cale. C’est toute la France, c’est toute l’Europe. C’est même mondial. C’est une panne généralisée du système. Et là, on se rend compte à quel point on est fatigué. Tout à coup il n’y a plus une voiture dans les rues, c’est le silence. Tout à coup, on entend les oiseaux chanter… alors que le frigo n'a jamais été aussi rempli.

Trois femmes et un confinement / Jour 1

chronique
Mardi 17 mars 2020 / Danièle Secrétant

Trois femmes, une grand-mère, qui accueille sa fille et sa petite fille qui ont quitté Paris pour Besançon, obligées de partager leur quotidien face au coronavirus. Chaque jour, Mimi, Anouk et Nina vous racontent comment elles font face à ce confinement imposé. Amour vs névroses - humour vs conflit générationnel. Qui va gagner? Les paris sont ouverts !

Une erreur de diagnostic peut conduire au pire

chronique
Mercredi 4 mars 2020 / Danièle Secrétant

Au terme d'une enquête de cinq années menée dans les quartiers, en Syrie et dans les prisons, Hugo Micheron livre une analyse du phénomène jihadiste, en France tout particulièrement. Son travail s'appuie, entre autres, sur des entretiens menés auprès de quatre-vingt terroristes incarcérés. Il montre la cécité dont ont fait preuve les pouvoirs publics, les partis politiques… Il tord le cou à un certain nombre d'interprétations sur les causes, l'ampleur et la gravité du problème posé par les islamistes. Si le diagnostic est bien posé, mieux posé, sans doute peut-on encore éviter d'autres catastrophes. 

Accès libre

Dancing Machines, représentation du corps

chronique
Mercredi 19 février 2020 / Danièle Secrétant

Plusieurs artistes mettent le corps en avant, tout ou partie. Corps en mouvement, corps martyrisé… Les danseurs utilisent le leur, tout en le mettant au service de « l’art vivant sans jamais s’y fondre. » Dancing Machines offre au visiteur, spectateur, qui pourra devenir acteur de l’histoire à laquelle il est convié, une déambulation dans plusieurs salles. Certains éléments peuvent être déroutants. Que font ces poutres en bois posées sur le sol dans la première salle ? Et ces chaînes, toujours au sol, dans une autre salle ?

Accès libre

Jean-Guy Henckel, « bricoleur » à l'origine des Jardins de Cocagne

rencontre
Jeudi 13 février 2020 / Danièle Secrétant

Rien ne prédestinait certains travailleurs sociaux à devenir des entrepreneurs. Devant les besoins de réinsertion de personnes en difficulté, l'absence de réponses adaptées, plusieurs ont mis les mains dans le cambouis ou dans le bois... Jean-Guy Henckel les a mises dans la terre. Bio, la terre. 30 ans après la création du premier jardin de Cocagne, à Chalezeule, près de Besançon, il raconte l'aventure. À son actif, 136 entreprises solidaires - jardins, restaurants,  laboratoires de transformation - emploient 5000 personnes en insertion, 800 encadrants et fournissent 25000 adhérents consommateurs...

" Alors tout ça, c’est vrai ? Je ne suis pas… une fiction ? "

chronique
Jeudi 30 janvier 2020 / Danièle Secrétant

Il était une fois, une petite fille de 13 ans, trainée à un dîner littéraire par sa mère, dîner auquel elle n'avait pas envie de participer. À table, un homme de 50 ans. Tout le monde sait que c'est un ogre qui dévore les enfants. Sous le regard aveugle ou complaisant des adultes qui sont là, des autres témoins de l'affaire plus tard, il rapte l'enfant. Ensuite, il l' emprisonne. Un emprisonnement mental ponctué de viols camouflés en preuves d'amour. Vanessa Springora, dans Le consentement, raconte les dérives d'un prédateur sexuel caché sous les habits de l'écrivain Gabriel Matzneff. Elle raconte les dérives d'un milieu, d'une époque. Elle raconte le rapt puis le viol d'une petite fille, au vu et au su des adultes qui auraient dû la protéger.

Accès libre

Pages