Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Invitation à la Vigie des Vaîtes, jardin des luttes

Vendredi 26 juin 2020 / Extinction Rebellion XR Besançon

Mercredi 17 juin, en réponse à un appel national à agir contre la réintoxication du monde, les militant·es d’ANV-COP21 et Extinction Rebellion ont rejoint la lutte portée depuis des années par des habitant·es et jardiniè·res des Vaîtes contre la construction d’un « éco » quartier , répertorié par Reporterre et Super Local comme Grand Projet Inutile et Imposé.

À cette occasion, La Vigie des Vaîtes, à la fois phare et tour de guet, est devenue le point de convergence de citoyens déterminés à faire barrage aux pelleteuses et à inventer un monde plus sobre face à l’urgence climatique et sociale.

Les Vaîtes, ce sont 34 hectares de terres agricoles, jardins, prairies, espaces boisés et zones humides menacés de destruction par un plan massif de bétonnage dont 23 hectares pour un « éco » quartier.

Il nous semble aujourd’hui important de réaffirmer les raisons pour lesquelles nous occupons ce lieu :
Premièrement, nous nous opposons à l’artificialisation des terres à outrance, qu’elles soient naturelles ou agricoles.
En effet, la relocalisation de l’alimentation est un enjeu vital. Le projet d’éco-quartier menace directement les maraîchères en place et détruira des terres arables de qualité qu’il est primordial de préserver.

Les Vaîtes sont aussi un « îlot de fraîcheur » en ville, ce qui, au vu du dérèglement climatique et des pics de chaleurs récents, sera de plus en plus précieux pour tou.te.s les bisontin.e.s et constitue même un vrai enjeu de santé publique.

La Convention citoyenne pour le climat préconise d’interdire toute artificialisation de terres tant que les réhabilitations de logements, de friche artisanale, commerciale ou industrielle sont possibles (par exemple, à Besançon, la Rodhia, la Grette…). Nous sommes en phase avec cette injonction.

Évidemment, nous sommes convaincus de la nécessité de créer des logements sociaux mais à l’ère de l’urgence écologique la priorité doit être donnée à la rénovation (10 % de logement vacants à Besançon), et si certaines constructions ne peuvent être évitées celles-ci doivent se faire sans détruire les milieux naturels. Nous ne confondons pas politique sociale et opération immobilière.

Il n’y a pas d’intérêt majeur à urbaniser ce quartier de Besançon.

Il est aussi important de rappeler qu’aujourd’hui aux Vaîtes, la mixité sociale et culturelle est une réalité tangible. Tel qu’il est conçu, le projet d’urbanisation fait table rase d’une longue histoire populaire bisontine... Aux antipodes des politiques de la ville et dans le prolongement de la tradition des jardins ouvriers, nous défendons des espaces libres
et autogérés.

L’urgence écologique rend obsolètes les modèles de développement encore présents dans les esprits de la majorité des responsables politiques. En vogue depuis plus de 40 ans, le « développement durable » n’aura été que le fer de lance du capitalisme et du « green-washing» et a démontré son incompatibilité avec l’écologie et la préservation des biens communs.

L’économie doit être remise au service de l’humain. C’est pourquoi, au-delà du combat pour la sauvegarde des Vaîtes, de sa biodiversité, des jardins et des jardiniers qui l’habitent, la Vigie se veut le rassemblement de tous ceux qui luttent pour l’intérêt général et un monde plus juste.

Depuis une dizaine de jour, au pied de la Vigie, le « Jardin des Luttes » est devenu un lieu des possibles où s’échangent savoirs et savoirs-faire et où convergent la lutte sociale et le combat écologique.

Pour partager, pour échanger, pour rejoindre notre combat ou pour le comprendre, venez aux Vaîtes !

Les Guetteurs des Vaîtes

Recommander cet article
0