Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Pour l'abandon du projet de Burger King à Lons-le-Saunier

Jeudi 24 octobre 2019 / Invité.e.s

« Nous n'arrivons à comprendre l’acceptation du projet Burger King, qui est contradictoire avec vos engagements », explique le Collectif de Sauvegarde du Collège Montciel dans une lettre ouverte au maire de Lons-le-Saunier, Jacques Pélissard, et au conseil municipal au complet, également adressée au président de la communauté d'agglomération (ECLA) Patrick Elvezy, et au préfet du Jura, Richard Vignon.

Monsieur Le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux,

Comme vous avez pu le constater, plusieurs personnes étaient présentes dimanche 6 octobre dans les bâtiments de l’ancien collège Montciel à Lons-le-Saunier.
Cette présence n’a pas été un squat pour faire de l’opposition de principe. Ça a été un appel à votre éthique.
En effet, nous avons été indignés d’apprendre que ce projet mortifère de Burger King et d’hôtel ait eu le droit d’exister. Ne serait-ce que dans vos esprits.
Nous sommes inquiets en tant que citoyens à plusieurs titres :

1- Nutrition
Tout d’abord, comment peut-on justifier la construction d'un temple de la malbouffe en face du lycée Montciel ?
Alors que la loi n°2004-206 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique visant à lutter contre l'obésité avait interdit les distributeurs de boissons et de gâteaux. Suffit-il de délocaliser ceux-ci de l'autre côté de la rue pour se mettre en conformité ?

M. Bois, Proviseur du lycée, n'a-t-il pas quelque chose à en dire hormis son accord du 17 décembre dernier en conseil municipal. Accepter la présence de Burger King sous prétexte qu'à Dole il se passe la même chose et qu'il n'y a pas d'inquiétudes à avoir car la cantine est moins chère. Sont-ce de bons arguments ?

Nous rappelons que les jeunes jusqu'à 25 ans environ ont un développement cérébral important (développement du cortex préfrontal = siège des émotions / choix moraux, etc.). C'est donc une période où tous les acteurs éducatifs doivent être présents pour assurer leur bon développement. Vos obligations en tant qu'élus à leur égard doit vous amener à prendre des décisions cohérentes pour favoriser une jeunesse éclairée et non soumise à la consommation de masse. Estimez-vous le faire suffisamment pour capituler à ce point sur ce sujet ?

Aussi, nous souhaitons vous rappeler que les consommateurs de mauvaise nourriture (malbouffe) sont malheureusement trop souvent et sociologiquement des personnes en situation précaire (source santé publique France). Cela accentuerait donc davantage la propension de ces personnes à se tourner vers la nourriture de mauvaise qualité et nous maintiendrons ainsi un cercle vicieux : [voir Obésité, précarité, aide alimentaire sur Santé publique France]. Est-ce là la vision de la société Lédonienne que vous vous faites ?

1- Emploi
Au-delà du problème nutritionnel des chaînes de restauration rapide, nous souhaitions également vous faire part de l'argument "emploi" lié à l’implantation de ce Burger King et de cet hôtel, nous sommes conscients que cela apporterai quelques emplois : principalement du service. Ces emplois sont-ils pertinents sur notre territoire ?
En effet, lorsque nous nous rendons au salon « Made in Jura » et que nous échangeons avec les entreprises présentes, que nous faisons un tour sur les chiffres du chômage et que nous lisons l’actualité locale, nous réalisons que la priorité de notre territoire n'est pas dans la création d’emplois et encore moins dans la création d’emplois précaires : le tissu économique Jurassien manquerai davantage de main d’œuvre que d’offre d’emploi.

Bien que, nous ne soyons pas au "plein emploi" dans le Jura, nous ne pouvons admettre que l'argument de l'emploi puisse justifier l'implantation d'un Burger King. Alors, si l’emploi est l’une de vos priorités, n'est-il pas possible d'en concevoir des plus valorisants ? Qui plus est, dans des secteurs d’activité plus proches des enjeux actuels de notre monde ?

Enfin, concernant la construction d'un hôtel, n'y aurait-il pas une étude approfondie à mener sur la pertinence d'un tel établissement dans notre bassin ? Pensez-vous que votre nouveau « Juraparc » peut, à lui seul, nécessiter cette implantation et justifier ces dépenses de ressources ; alors même que la concurrence d’AirBnB vide déjà les hôtels des villes de France et du Jura ?

2- Ecologie, développement durable, économie locale

Enfin, M. Le Maire, tout au long de vos mandats, vous avez voulu mettre en avant l'importance de la nourriture biologique via le restaurant municipal, avez également œuvré en faveur du zéro pesticide, engagez la Ville dans le plan climat ; lancé par ECLA qui pose la question "Quel avenir pour le territoire" et dont la consultation citoyenne est encore en cours, qui a pour objectifs de réduire les gaz à effet de serre.

Cela nous démontre que vous vous engagez et vous engagez vos concitoyens pour le climat. Ainsi, nous n'arrivons à comprendre l’acceptation du projet Burger King, qui est contradictoire avec ces engagements.
Évidemment, nous savons que cette vente à 400 000€ n’est pas neutre dans le budget de la commune. Cependant, alors que la précarité augmente et que des écosystèmes s’effondrent, comment pouvons-nous encore axer nos discours sur l’argent qu'apporte un projet et la croissance économique, alors que la plus grande dette que nous allons laisser à nos enfants est la dette écologique ?

De surcroît, pour la construction de ce complexe et son restaurant, la destruction des bâtiments est nécessaire. Cela nous pousse à réfléchir à la cohérence de nos actes quotidiens : étant donné que les ressources sont de plus en plus rares (nous consommons actuellement 1,7 Terre par an) rénover et remettre aux normes les bâtiments au lieu de les détruire ne serait-ce pas plus judicieux ?

3- Nos réflexions, notre requête

Nous pensons qu'un appel à projet auprès des citoyens et des acteurs locaux aurait pour bénéfice de mieux définir les besoins du territoire et nous éviterait les décisions aux résultats prévisibles plus que discutables.

Par exemple, avec la Préfecture, ne serait-il pas possible de contribuer au projet d'amélioration de l’accueil des réfugiés ? Avec ses 5 piliers (Éducation/langue française, Hébergement provisoire passant par l’ouverture de 50 places, Social et culturel, Santé, Emploi), cet établissement sur le point d'être détruit ne pourrait-il pas répondre à ces besoins ? Tant en termes d’espace disponible, de situation géographique, que de symbolique (ancien collège) ? De plus, impliquer des personnes en situation de précarité dans la rénovation des bâtiments, les former, les loger, les nourrir via des cuisines communautaires (jardins cultivés en autonomie, etc.) apporterait à la Ville de Lons-le-Saunier une vraie plus value en termes d'innovation sociale et de politique d'accueil.

On peut également penser que ce bâtiment pourrait devenir un internat pour le lycée Monciel. Aujourd'hui les élèves internes se voient contraint à aller jusqu'au lycée « le Corbusier » pour y dormir.
Nous sommes conscients que les mutations sociales et environnementales ne sauront se faire sans les élus. Il est impératif que nous ayons, tous ensemble, la volonté d’embrasser la complexité qu’impose nos modes de vies actuels et futurs.

C’est dans cette logique que nous vous demandons d’abandonner ce projet.
Nous demandons qu’il nous soit permis de travailler :
A la création d’un collectif constitué de personnes issues des pouvoirs publics, des associations et de citoyens pour la sauvegarde et la réhabilitation de ce bâtiment,
A l’écriture du projet de création d’un lieu qui soit fidèle aux attentes de demain, via entre autres, la réalisation d’un état des lieux,
A l’élaboration d’un budget prévisionnel et à la mobilisation de fonds nécessaires à ce projet.

Dans l’attente de votre retour, veuillez agréer Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, à l'expression de nos salutations les plus respectueuses.

Collectif de Sauvegarde du Collège Montciel