Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Nous voulions des coquelicots !

Samedi 22 juin 2019 / Lucie Forêt

Printemps 2019

Printemps de changement climatique. De gros écarts de températures, des vignes qui gèlent, tandis que les premières fenaisons se font de plus en plus tôt au dessus de nappes phréatiques trop basses. (BRGM)

 

Les céréales sont sorties de terre. Elles ne sont pas seules : les cultures sont "salie".

Salies par les herbes sauvages parmi lesquelles le célèbre coquelicot.

 

Ah! N'a-t-il pas été demandé celui-là !

«Nous voulons des coquelicots !!! »

Hé bien les voilà ! Ils sont là cette année, les coquelicots !

Mais est-ce parce qu'on y est plus attentif ou bien parce qu'il y en a vraiment plus que les années précédentes ?

Toujours est-il que partout en France des gens qui ont peur des tracteurs se demandent : «Tu crois qu'ils en ont semé exprès ?... »

Et partout en France des agriculteurs, qui ont peur du regard qu'on porte sur leur tracteur, ont une autre explication : «...sans doute une érosion d'efficacité des molécules... »(juragricole)

 

Les coquelicots sont-ils un signe de l'amélioration de notre acuité visuelle ?

Ou bien un signe de la dégradation de l'industrie agricole ?

 

Quoi qu'il en soit, et puisque voilà un bon début pour un changement d'agriculture, en ces temps de réchauffement climatique, en ces temps de révision du cahier des charges de l'AOC Comté, n'hésitons plus à crier :

Nous voulons des bleuets ! Nous voulons des scabieuses ! Nous voulons des prairies permanentes ! Des murgets ! Des rivières limpides et poissonneuses ! Et une Franche Comté qui ne soit pas une immense usine de production pour un fromage d'exportation.

Qui sait : peut-être que l'an prochain nous verrons tout cela fleurir dans nos campagnes !