Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

La Chronique de Filou – Le Doubs : un département vert … aux rivières vertes !

Jeudi 6 juillet 2017 / Philippe HENRY

Le dernier numéro de "Vu du Doubs", journal publicitaire du Département 25, est largement consacré au tourisme vert.

Mme la présidente Bouquin y cite des touristes : "vous avez de la chance d'habiter un si beau département" … et ben, nous ne rencontrons pas les mêmes touristes. Ceux que j'ai rencontrés ou ceux qui témoignent sur internet, ne nous envient pas du tout, ni nos tas de fumiers, ni le glyphosate, ni nos rivières à l'agonie ! (lire ou relire mes précédentes Chroniques).

Je cite encore la présidente du Département : " … le département … doit agir sur la préservation … des milieux aquatiques …". Erreur de conjugaison Mme la présidente, il faut écrire "DEVRAIT AGIR".

 

Un peu plus loin, on lit " Ce sont aussi autant de cours d'eau qui s'offrent à la pratique de l'aviron, du canoé, du kayak …". on se croirait dans le film "Au milieu coule une rivière" d'ailleurs couverture de ce numéro .

Sauf que ... le film de Redford de 1992 (je vous recommande le livre d'origine de lNorman MacLean) montrait aussi une rivière sauvage et la passion de deux frères et de leur père pour la pêche à la mouche.

ICI, dans le Doubs de Mme Bouquin, pas un mot à propos de la pêche dans un département qui fût le phare de la pêche à la mouche française et qui attirait des milliers de touristes sur ces parcours du Doubs franco-suisse et de la Loue.

On voit ici toute l'impuissance et l'inaction des élus.

Pas de discours, juste quelques photos :

- pollution par la station d'épuration de Métabief (janvier 2017),

- les rivières vertes (photos de la rivière "Doubs" en juin 2017).

Ces photos résument les maux de nos rivières : pollutions par toutes les molécules apportées par les eaux usées non épurées, non traitées (dysfonctionnement des stations d'épuration) et développement des algues par les excès de fumiers et lisiers de l'agriculture comtoise (agriculture en pleine intensification).

C'est la marée verte comtoise, face cachée, ou sous-produit, de la production agricole de Franche Comté.

 

Mesdames et messieurs les élus, vous en répondrez devant les générations futures !