Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

La Chronique de Filou – République de Catalogne ou Catalogne sous tutelle ??

Samedi 28 octobre 2017 / Philippe HENRY

Le feuilleton catalan est d'abord l'occasion de voir à quel point les médias et les commentateurs invités sont "orientés" …

Toutes les chaînes d'infos nationales, télévisions, radios, ont déjà choisi : les indépendantistes catalans sont des politiques fourbes, incompétents, sans stratégie et qui manipulent les foules. L'état de droit, le droit constitutionnel est à Madrid, à Bruxelles, et avec Macron au milieu (et aussi notre catalan préféré Manu Valls, car il faut bien qu'il existe…).

Et on voit bien que cette Europe est construite pour les états, pas pour les peuples.

Si, comme moi, vous suivez les événements catalo-hispaniques, vous entendez toutes ces bêtises, exemples :

- "les catalans ne veulent pas de l'indépendance, les indépendantistes sont minoritaires". Ça c'est sur, ils gagnent les élections, ils font un score impressionnant au référendum du 1er octobre, ils sont des dizaines de milliers dans la rue, mais ils sont minoritaires… Ce sont bien des élections démocratiques qui sont à l'origine de la déclaration d'indépendance du parlement catalan où les indépendantistes sont majoritaires. Leur légitimité démocratique est la même que Rajoy à Madrid, ça s'appelle les élections!

- oui mais "ils manipulent le peuple catalan", alors là franche rigolade! Toutes les élections sont des "manipulations". Je serais curieux de lire les promesses de Rajoy. Chez nous, Macron est élu par une large adhésion à ses idées et son programme… avec… … … 24% des suffrages exprimés au premier tour d'une élection complétement brouillée par l'affaire Fillon, puis un deuxième tour… … … sans commentaire. Et Jean-Claude Juncker, il est élu par qui ???

Je ne sais pas si la Catalogne a quelque chose à gagner à une indépendance dans un monde politique et économique, qui ne l'acceptera pas, mais cette situation est surtout une grosse faillite du pouvoir central de Madrid. Et la démonstration magistrale de cette faillite a été la violente intervention policière et militaire du 1er octobre.

Mais je sais que la Catalogne ce n'est pas tout à fait l'Espagne. Quand vous prenez le métro à Barcelone, le haut-parleur de votre rame annonce la prochaine station en catalan, puis après en castillan (d'ailleurs on ne dit pas en espagnol mais en castillan).

Tous les commentateurs l'ont reconnus : Madrid a refusé tous les dialogues, toutes les modifications du statut de la Catalogne, surtout au cours de cette dernière décennie où chacun observait la montée des indépendantistes.

Les pouvoirs centraux à Madrid, comme à Paris, raisonnent avec la mentalité du XIXè siècle, croyant qu'ils vont encore pouvoir imposer leurs vues au peuple. Ce modèle a vécu parce que ce modèle a échoué devant l'internationalisation de l'économie, les crises économiques, le chômage de masse, le manque d'avenir pour la jeunesse et l'augmentation de la pauvreté. L'état-nation ou l'état providence ou l'état protecteur ne sera pas la cadre national du XXIè siècle, et si les dirigeants actuels n'intègrent pas cela, nous irons de crises en crises.

Les peuples veulent être gouvernés au plus près, et veulent être entendus. (mot de Filou : les franc-comtois se sentent-ils bien représentés par Dijon ??).

Les catalans ne sont pas seuls, ils ont des alliés en Écosse, en Irlande, en Belgique, en Italie…

Et en Espagne : les basques, les andalous …

Et en Corse. Je me rappelle l'attitude de Valls quand Jean-Guy Talamoni gagne les élections et prononce son premier discours en langue corse. Valls nous a servi une définition de l'état français centralisateur, qui ordonne, qui peut punir, qui est garant de l'union, du droit… Il a du être à l'école avec Rajoy! Les corses resteront français si ils sont heureux en France, si la France respecte la culture et la langue corse, si ils sont fiers d'appartenir au (fameux) pays des droits de l'homme. Les corses ne resteront pas en France parce qu'on leur en donne l'ordre.

Et on comprend l'inquiétude des Insoumis avec Valls à la tête de la commission chargée du référendum en Nouvelle-Calédonie !!  Nouvelle-Calédonie ou Kanaky, où l'on a vu ce que peut faire un état de droit nationaliste de droite = des morts et aucune solution (Chirac, Pons… 1988).

La démocratie ce n'est pas respecter un droit constitutionnel qui a été écrit, en Espagne, pour interdire l'indépendance des régions. La démocratie c'est le peuple.

Un homme, une voix. La solution ne pourra venir que par le vote, en posant toutes les questions sur la table y compris l'indépendance de la Catalogne.

Une seule inquiétude : Où va jouer le Barça ??????

 

(à l'instant un député LR dit à la radio que la constitution espagnole est supérieure aux décisions du parlement catalan et se réfère à la hiérarchie des normes… ces gens là osent tout !!)

Recommander cet article
0

Commentaires

pour le Barça, on a la solution : un championnat avec Le Vatican, Le Liechtenstein, Andorre, Monaco, Le Luxembourg, Malte, Les Iles Canaries, Cap-Vert, Madères, Les Açores ... bref un joli championnat de paradis fiscaux (enfin je crois ?).

Soumis par Filou le 30 oct 2017 - 18:46.