Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Gilet Jaune, Casquette Rouge et Bonnet Noir.

Mardi 27 novembre 2018 / Philippe HENRY

J'ai écouté Ruffin et Nathalie Arthaud, j'ai lu Onfray, je parle avec mes amis, pour ou contre : OK, je me suis trompé... les manifestants en jaune "font le job".

Sur les rond-points de France, on trouve de tout. Et comme il y a 25% des français qui votent FN=RN, forcément ...

Ne pas défiler avec "les fachos" est un argument qui se tient. Vouloir manifester avec ses couleurs et ne pas vouloir se faire imposer le jaune, aussi. J'avoue que je n'aimerais pas me trouver bloquer par des manifestants qui exigeraient que je mette mon gilet jaune... ce qui est arrivé, c'est du fascisme ! Et une amie c'est fait "taper" sa voiture. D'autres me racontent des manifestants très imbibés...

Certainement que tout cela est inévitable dans un mouvement "spontané" (si c'est le cas ?).

Mais d'autres arguments se tiennent tout autant. La Gauche syndicale et politique ne peut pas laisser le champ libre à l'extrême droite. Et dans notre cas, il ne s'agit pas de récupération car nous manifestons depuis longtemps sur ces sujets!

Donc, sur mon tableau de bord : un gilet jaune + une casquette rouge CGT + un bonnet noir d'anarchiste !

Il faut reconnaitre que les gilets jaunes sont à l'offensive et cela réjouit un syndicaliste qui regrette que les syndicats soient trop souvent, et depuis des années, dans la défensive.

Bon chacun son rôle, mais obligation de converger. Nous ne pourrons redonner la parole au peuple que par une convergence des luttes... qui tarde à se mettre en place.

Alors, SAMEDI 1er DÉCEMBRE, tous dans la rue, toutes les couleurs, jaune, rouge, violet, orange... et montrons à Macron et aux banquiers que nos vies valent plus que leur profit.

Puis, il serait bon que les français se remettent à la politique, au syndicalisme, aux luttes collectives, sinon les Champs-Élysées en feu, cela n'aura servi à rien.

Tous ensemble !

Recommander cet article
0

Commentaires

En effet l'enjeu me semble bien être celui que tu décris : "nos vies valent plus que leur profit" et c'est très clair dans l'expression du grand nombre des gilets jaunes. Des gens que (dans les milieux militants de gauche) l'on déplorait  être résignés, qui pour un certain nombre fustigeaient le voisin au RSA ou l'étranger visible ou télévisé, des ouvriers, employés, paysans, commerçants, artisans ou même petits patrons, jeunes filles, jeunes hommes sans engagement jusqu'alors ainsi que des retraités et d'autres, demandent des comptes à l'oligarchie ! Si on devait bouder ça serait vraiment à désespérer de la politique en effet !

Soumis par Roland Vasic le 2 déc 2018 - 22:18.