Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Sécurisation des établissements scolaires à la rentrée

Lundi 2 novembre 2020 / Prefecture de Haute-Saône

Les services de l’État sont pleinement mobilisés en Haute-Saône comme sur l’ensemble du territoire français, dans la sécurisation des établissements scolaires face à la menace terroriste.

Les forces de l’ordre étaient présentes et les mesures de sécurité renforcées ce week-end autour des lieux de cultes. Cette mobilisation s’accentue encore aujourd’hui autour des écoles, des collèges et des lycées. Les établissements scolaires font en effet l’objet d’une protection renforcée en cette rentrée particulièrement sensible, dans un contexte de menace terroriste élevée, suite notamment à l’attentat commis à Conflans-Sainte-Honorine et après élévation au niveau maximal du plan Vigipirate : urgence attentat.

À cet effet, la préfète de la Haute-Saône a réuni les forces de l’ordre et la direction académique pendant les vacances afin d’anticiper les mesures à mettre en place pour sécuriser les établissements scolaires aujourd’hui. Aussi, policiers et gendarmes étaient présents dès ce matin pour réaliser des patrouilles et une présence visible aux abords des écoles, collèges et lycées du département. 242 gendarmes et policiers ont été mobilisés et leur vigilance sera maintenue.

Fabienne Balussou a participé ce lundi 2 novembre à l’une des opérations de sécurisation à la sortie du collège Jacques Brel à Vesoul et a salué à cette occasion le niveau d’engagement des forces de l’ordre.

La mobilisation des services de l’État, pour renforcer la sécurité s’inscrit dans la durée, en concertation avec les collectivités et les établissements, notamment en finançant l’installation d’équipements de protection passive dans les établissements scolaires (vidéo protection, portails sécurisés, etc).

Fabienne Balussou rappelle enfin que les élèves ne doivent pas, à la sortie de leurs établissements, rester regroupés et doivent rejoindre au plus vite leur moyen de transport, tant pour des raisons de sécurité sanitaire que de sécurité publique.

Recommander cet article
0