Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Peut-on encore espérer que la gauche bisontine s'unisse ?

Jeudi 29 août 2019 / Romain Biard

Citoyen bisontin de gauche, je m’exprime et j’invite chacune et chacun à en faire autant.

C’est bien ce que veulent les organisations politiques de gauche de notre ville en vue des élections municipales non ? Insoumis, l’Équipe (EEELV + PCF + A gauche citoyen) et autres ne cessent d’invoquer « la participation citoyenne », « un programme construit avec les citoyens », « une grande consultation citoyenne », et blablabli et blablabla…

Et bien je dois vous dire une chose, camarades, vous me gonflez, et vous me gonflez sérieux même !

Entendons-nous nous bien, associer les bisontins de gauche aux élections municipales est bien sûr indispensable, mais faites-le ensemble, sinon à quoi bon ?

J’en vois passer des communiqués de presse, des textes divers et variés de la part de tout bord… Souvent sous une plume policée, aucune occasion n’est perdue pour mettre en exergue les divergences, les sujets sensibles, les points d’accroche et taper sur le camp d’à côté, pourtant supposé ami.

Alors, j’ai une proposition à vous faire, mettez-vous d’accord sur l’urgence sociale et climatique (« fin du monde, fin du mois, même combat ») et construisez votre programme et votre liste de manière démocratique, en associant chacune et chacun qui voudra s’y impliquer. En proposant cette consultation ensemble, non seulement, vous montreriez que, oui, vous êtes réellement capables d’aller au-delà des étiquettes mais également vous feriez ce que beaucoup attendent.

Là, vous mettez la charrue avant les bœufs. L’Équipe veut rassembler mais a déjà sa tête de liste et la France Insoumise pose ses conditions, souvent pertinentes, mais qui mériteraient un débat plus large.

Et soyons honnêtes, les grandes lignes de vos programmes respectifs seront malgré tout assez proches, non ?

Sur les désaccords (tiens, au pif, prenons les Vaites par exemple), faites nous votez, mettez un place un referendum local puisque de toute façon vous voulez mettre le citoyen bisontin au cœur de votre politique.

Bref, sortez la tête de chacune de vos organisations et voyez l’attente citoyenne qui vous pousse à vous rassembler. Élargissez vos cercles, oubliez les querelles passées, ne sur-interprétez pas vos scores électoraux passés (positifs ou négatifs) qui sont souvent conjoncturels, arrêtez de négocier et construisez ensemble, faites des réunions ouvertes à toutes et tous, mettez-vous en retrait s’il le faut, faites libérer la parole et vous verrez que les idées et la liste sortiront plus facilement qu’il n’y parait et là nous aurons besoin de vous, de votre expérience pour porter tout ça.

Parce que oui, je suis dur, mais je suis dur parce que chacune et chacun d’entre vous, qui militez au quotidien, qui ne comptez pas vos heures pour défendre des cause qui sont justes, et pas si éloignées les unes des autres, méritez autre chose qu’une défaite de plus. Vous êtes sincères, vous êtes droits, vous êtes compétents et vous devez l’emporter pour que Besançon n’aille pas aux mains d’un De Rugy local, girouette écolo-marcheur, ou d’une droite sécuritaire et libérale.

Tout cela est certainement plus compliqué que mon simple texte écrit depuis mon canapé, j’en suis bien conscient mais c’est un cri du cœur que je vous adresse, chères et chers Claire, Thibaut, Barbara, Christophe, Anne, Gaby, Séverine, Marc, Anthony et autres pour éviter qu’une nouvelle fois, j’aille glisser un bulletin sans grande conviction et qui sera certainement différemment de celui de ma voisine d’isoloir, malgré qu’elle soit peut-être de gauche, avec une même vision de la société.

Malgré tout, peu importe le chemin que vous choisirez, je vous souhaite, je nous souhaite une ville à gauche, la vraie, sociale, écologique et humaniste.