Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

« Ce qu'il manque au Conseil Régional ! »

brève

Lundi 20 novembre 2017 / Invité

La secrétaire régionale du PCF de Franche-Comté, Evelyne Ternant, réagit sévèrement à ce qu'elle considère comme « la séance lamentable du 17 novembre à Montbéliard ». Elle estime notamment qu'il y a « un manque au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté : des conseillers qui soient d'authentiques relais des intérêts des salariés et sur lesquels les syndicats des fonctionnaires territoriaux pourraient réellement s'appuyer. »

Evelyne Ternant nous a adressé un communiqué que nous reproduisons :

« Décidément, il y a un manque au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté : des conseillers qui soient d'authentiques relais des intérêts des salariés et sur lesquels les syndicats des fonctionnaires territoriaux pourraient réellement s'appuyer.

Sans avoir la prétention que cette seule présence changerait tout, la comédie à front renversé que se jouent majorité et opposition depuis l'élection, où chacun est dans un jeu de rôle, et cherche à brouiller les cartes politiques, en serait tout de même moins facile.

La majorité et la présidente, après s'être fait élire sous couvert d'une politique de gauche, puis avoir pour la plupart viré au macronisme, se prennent les pieds dans le tapis des difficultés à réaliser la fusion autrement qu'en la faisant payer aux agents et aux contribuables, tant est forte la contrainte budgétaire, dont ils portent la responsabilité, puisqu'ils ont soutenu un Président qui n'avait pas caché ses intentions en la matière.

L'opposition, dont la violence verbale est d'autant plus forte qu'elle partage totalement la ligne politique de soutien à l'austérité, fait flèche de tout bois et cherche à se refaire une virginité politique, indue, sur les déboires de l'adversaire auxquels elle-même n'échapperait pas, si elle était aux manettes, puisque les mêmes causes produisent les mêmes effets....

Le FN et l'ex-FN étalent leur « guéguerre » intestine de conquête de légitimité.

Ces jeux politiciens ne sont pas de nature à redonner du crédit à la politique et au fonctionnement des institutions.

En regrettant qu'il n'y ait en Bourgogne-Franche- Comté aucun conseiller régional issu de la liste l'Alternative à gauche, qui réunissait des citoyens et des partis authentiquement de gauche, dont le parti communiste, nous réaffirmons que :

la fusion régionale ne saurait se solder par une régression de la situation des fonctionnaires territoriaux, alors qu'elle leur impose depuis des mois un surcroît de travail et de fatigue, avec nombre de déplacements pour certains. Le PCF soutient leurs revendications légitimes.

Il est impossible de mener des politiques régionales efficaces dans le cadre budgétaire imposé par le gouvernement : la baisse de 13 milliards d'euros de dépenses infligée aux collectivités locales sur le quinquennat, la suppression aux régions du fonds de 450 millions d'euros prévu en 2018 pour compenser l'acquisition de la compétence économique, la diminution des contrats aidés qui frappe la restauration scolaire dans les lycées et le mouvement associatif, la suppression de la contribution de l’État au financement de l'agriculture biologique, la baisse des budgets des agences de l'eau, etc.. De plus, le financement futur des régions par une fraction de la TVA feront d'elles les bénéficiaires de l'impôt le plus inégalitaire qui soit.

Seules sont crédibles aujourd'hui les forces politiques qui s'opposent clairement à ces choix. »