Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Chers lecteurs

Lundi 22 avril 2013 / Daniel Bordür

Factuel.info vit des débuts tourmentés. Trois mois de retard au lancement ont dangereusement pesé sur notre trésorerie. Les abonnements progressent, mais en nombre insuffisant pour assurer l'équilibre comptable. Nos programmes de développement sont actuellement en suspens faute de moyens. Du coup, notre petite musique risque de s'éteindre. Si vous pensez que notre projet éditorial est utile et intéressant, aidez-nous à maintenir la flamme. Voici comment :

  • Abonnez vous sans tarder si vous ne l'avez pas encore fait.
  • Persuadez vos proches de s'abonner : si chaque abonné convainc au moins une personne, tout espoir sera permis.
  • Ne copiez-collez pas nos articles pour les adresser gratuitement à vos contacts, envoyez leur plutôt le lien vers la page en expliquant que certes nous avons besoin d'être connus, mais surtout nous avons besoin d'abonnés.
  • Faites un don – défiscalisé à hauteur de 66% pour les particuliers dans la limite de 20% de leur impôt, à hauteur de 60% pour les entreprises – en allant sur le site www.jaimelinfo.fr.
  • Écrivez aux ministères du Budget et de la Culture et de la communication pour leur dire que la différence de traitement fiscal entre la presse en ligne et la presse imprimée est injustifiable et insupportable.

Le Gouvernement envoie en effet des signaux très inquiétants à propos de la TVA en n'appliquant pas à la presse en ligne le même taux que pour la presse imprimée : 19,6% au lieu de 2,1%. Pourtant, aussi bien Nicolas Sarkozy que François Hollande avaient annoncé la fin de cette distorsion de concurrence. Nous en avons parlé aux ministres que nous avons rencontrés, nous l'avons signalé à plusieurs parlementaires franc-comtois et des questions doivent être posées à l'exécutif.

Depuis le 21 janvier, vous êtes 6.000 à avoir pris le temps de visiter le site (je ne parle pas des brèves connexions). Toute l'équipe vous en remercie chaleureusement. Ce résultat encourageant témoigne d'un véritable intérêt pour notre travail. Le paradoxe, c'est que tous ces visiteurs sont loin de s'être transformés en abonnés. Or, ce sont seulement les abonnés qui permettront à l'entreprise de vivre car, vous le savez, elle n'a ni recette publicitaire ni subvention.

Chers abonnés et futurs abonnés, nous n'avons que vous pour exister. La survie de notre expérience dépend de centaines de petites et grandes actions.