Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Comment vivre avec le loup… puisqu'il est là

cinéma

Jeudi 30 janvier 2020 / Daniel Bordür

Mêlant documentaire et fiction, « Marche avec les loups », le poétique film de Jean-Michel Bertrand, met en scène un naturaliste tentant de suivre un jeune loup solitaire des Hautes-Alpes au massif du Risoux dans le Jura… Il sera présent mercredi 5 février à Lons-le-Saunier pour un débat après la projection. Dans un entretien à Factuel, il pose la question cruciale de notre relation au sauvage…

Marche avec les loups est comme l'histoire d'un homme qui suit à la trace un jeune loup solitaire, exclu de sa meute non par punition mais parce que c'est la loi de l'espèce qui régule ainsi sa population en s'adaptant aux ressources. L'homme a aperçu l'ado-loup errant dans le Champsaur, pays de la haute vallée du Drac, entre Grenoble et Gap. En danger car ne bénéficiant plus de la protection de la coopération qui caractérise la meute, le jeune loup part vers le nord à la recherche d'un autre territoire, ce qui passe par l'acceptation par une autre meute ou par la constitution d'une nouvelle meute qui naitrait de la rencontre avec une jeune louve…

Voilà pour le scénario, car c'en est un. Et l'on suit donc l'homme à l'affût des traces du loup, posant des caméras sur les lieux de passage présumés de l'animal, inspectant le sol pour y chercher des empreintes, des restes de repas, des crottes… Expliquant ce qu'il fait et ce qu'il voit à voix basse, comme on murmure un secret, l'homme, c'est Jean-Michel Bertrand interprétant son propre rôle.

Natif du Champsaur où il a longtemps été bi-actif, ouvrier forestier l'été, moniteur de ski l'hiver, il montre en toute simplicité sa connaissance du milieu, sa science de l'observation, sa capacité d'adaptation à la vie en extérieur, de préférence en hiver. Il prépare son bivouac, trouve des truffes qu'il intègre à son omelette, se saisit de son téléphone mobile à la moindre notification envoyée par les caméras se déclenchant au signal thermique d'une présence…  

On suit aussi le loup, ses rencontres, ses chasses souvent ponctuées d'échec, parfois réussies. Le loup solitaire ou en meute. On assiste aux tentatives de capture de proies, on repère une stratégie, on découvre le fascinant ballet de la vie sauvage. On voit aussi que les caméras enregistrent tout ce qui passe devant l'objectif, du chevreuil au quad, du randonneur au blaireau et au lynx, du VTT au loup… On réalise alors la multitude des usages et la pluralité des usagers d'un petit bout de surface de la planète. On mesure à quel point la migration est un chemin constellé d'écueils dont la traversée des territoires humains n'est pas le moindre : pour preuve, cet accident fatal à un loup tentant il y a quelques années de franchir l'autoroute de contournement de Grenoble…

Magnifiquement filmés, les différents massifs des Alpes qu'il arpente sont tous peuplés par une meute que notre loup semble éviter soigneusement - pour ne pas s'en faire chasser ? - avant de finir par arriver dans le Jura. Plus précisément dans le massif du Risoux - entre Morez, Mouthe et Vallorbe - où l'on assiste avec émotion à ce qui semble bien être la promesse d'une meute avec la constitution d'un jeune couple. La cabane où séjourne Jean-Michel Bertrand est du côté suisse, mais le loup n'a évidemment cure de la frontière…

Documentaire parce qu'il montre des bribes de la vie de canis lupus, le film est aussi une fiction car il reconstitue après coup ce qui est une hypothèse : la migration d'un individu des Hautes Alpes aux grandes forêts des cimes jurassiennes, à plus de 300 kilomètres. C'est aussi le plaidoyer d'un montagnard pour la cohabitation avec le loup en particulier, avec les prédateurs en général. C'est surtout une invitation à reconsidérer notre relation avec le monde sauvage sur un autre mode que celui de la domination, ou pire, de l'éradication…

  • Au cinéma 4C de Lons-le-Saunier jusqu'au 11 février. En présence de Jean-Michel Bertrand mercredi 5 février à 20h, en partenariat avec le Pôle Grands Prédateurs, la Fabrique de l'Aventure et Jura Nature Environnement.