Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Danielle Bouvret nous a quittés

carnet

Dimanche 24 mai 2020 / Josette-Alice Bos

Elle était la cofondatrice du Théâtre des Manches à balais, une très inventive troupe de marionnettes, fondée à Besançon avec son mari Jean-René en 1973. Elle est décédée il y a quelques jours à l'âge de 80 ans.

La marionnette était énorme, et bon enfant à la fois : près de trois mètres de haut, une tête d'ours brun en papier mâché au bout d'une pique en bois… Nous nous trouvions, nombreux, fascinés, dans le hall de l'ancien Conservatoire de Musique de Besançon, sur ce qui était encore la Place du Marché dans les années 70. La Compagnie des "Manches à Balai Korporation" donnait là une de ses premières représentations, celle de Jean de l'Ours. Et déjà s'y exprimait ce qui allait être leur marque de fabrique : humour, charme et fantaisie, pertinence et impertinence, rêve et lucidité.

Des années 1973 à 2016, leurs fondateurs Danielle et Jean-René Bouvret ont exploré tous les répertoires du monde des marionnettes : de cette adaptation du conte populaire de Jean de l'Ours aux oeuvres des plus immenses dramaturges, Shakespeare, Hugo, Swift, Cocteau, Jarry (oh, ce Ubu Roi !), en passant par des oeuvres locales comme La crèche, avec le truculent Barbizier, les thèmes écolos contemporains avec Le Tri, la prévention pour les petits, surtout classes maternelles et primaires, avec Solidarité Femmes et le film Non, oui, c’est moi qui le dis (toujours utilisé). Commencée à l'époque du Bread and Puppett et du Festival International de Théâtre de Nancy, leur saga leur a fait parcourir de nombreux pays du monde.

Cependant, c'est en Franche-Comté qu'ils étaient enracinés; ils en fréquentaient les plus grands, de Charles Belle à Hubert-Félix Thiéphaine. Mais toujours avec simplicité. Accessibles et fraternels, ils avaient toujours privilégié le terrain, choisissant de vivre et travailler "au pays" malgré les difficultés d'une reconnaissance institutionnelle qui ne leur permit pas toujours de créer sereinement. Pendant plus de 40 ans, ils n'en ont pas moins fabriqué et donné vie à plus de 600 marionnettes.

Décidés à prendre leur retraite et amenés à quitter les locaux de l'ancienne école qu'ils occupaient au bas de Bregille-Village à Besançon, ils avaient choisi de confier en 2016 une partie significative de leurs décors et marionnettes (500 pièces) au Musée Comtois de la Citadelle : depuis 2019, deux salles présentent une exposition permanente Le rire est un sport de combat : marionnettes et transgression. Celle-ci resitue le théâtre des Manches à Balai dans la saga des marionnettes traditionnelles et contemporaines, depuis les pièces anciennes, antérieures à 1850, à la Crèche Comtoise, et jusqu'à Tomy Hungerer.

Du couple fondateur des Manches à Balai, Danielle était sans doute la plus réservée, mais non la moins inventive. Son regard intense et son exigence allaient de pair avec l'élégance de sa haute silhouette pleine de vivacité. Elle va nous manquer. Nos pensées vont à Jean-René, son compagnon et complice de toujours, et à leur famille.