Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Le dico des « Tontons flingueurs »

chronique

Jeudi 12 décembre 2019 / Patrick Tardit

Philippe Durant raconte tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce film-culte. C’est du brutal !

Mots-clés: cinéma

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur « Les Tontons flingueurs », grâce au « Dictionnaire insolite » établi par Philippe Durant. Tout sur ce film réalisé par Georges Lautner, d’après un roman noir d’Albert Simonin (« Grisbi or not grisbi »), dialogué par Michel Audiard, et interprété notamment par Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Claude Rich, Jean Lefebvre, Robert Dalban, Venantino Venantini…

Philippe Durant, qui avait déjà consacré des ouvrages biographiques à Michel Audiard, Bernard Blier, Lino Ventura… raconte tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ces drôles de « Tontons ». De A à Z, ou plus exactement à W, ça commence par « Actualités », celles de 1963, l’année de sa sortie (guerre froide, Anquetil maillot jaune, mort de Piaf et Cocteau, assassinat de Kennedy…). On passe vite à « Alcools », tous ceux absorbés par les Tontons et consorts, dont cette fameuse boisson d’homme où il y a de la pomme dedans, dans cette tout aussi fameuse séquence de la cuisine, c’est du brutal !

Suivent tous les éléments qui font le succès de ce film-culte, « le plus drôle de l’année », et intergénérationnel grâce notamment à ses dix-neuf diffusions télévisées : bagnoles, bagarres, Beretta, bière, blases, bretelles, browning, Buick, cartes, champagne, cibiches, colt, église, galurin, gorille, Mexique, péniche (le repaire des frères Volfoni), police, scotch, Smith and Wesson, vin…

C’est forcément avec plaisir qu’on retrouve les péripéties de cette bande d’énergumènes, Fernand, Raoul, Pascal, Théo et tous les autres, qui causent argot première langue et distribuent des bourres-pifs gratos. Très illustré, ce « Dictionnaire insolite des Tontons flingueurs » est bourré d’infos, d’anecdotes en séries, et de documents, dont la reproduction du dossier de presse, du scénario personnel de Lautner, de critiques lors de la sortie (dont celle signée Henry Chapier dans « Combat »), ou encore l’affiche de la version allemande qui porte le titre « Mein Onkel der Gangster »… Le tout dynamité façon puzzle, c’est Noël !