Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Echange forces de sécurité - rédactions à la préfecture du Doubs

brève

Jeudi 8 janvier 2015 / Daniel Bordür

Mots-clés: charlie

« On sent bien ce que ressent la population. Le plus anxiogène serait le déni, que les forces de sécurité soient absentes ». Le colonel François Fabre, patron de la gendarmerie en Franche-Comté, répond ainsi à la question de Factuel. Avec d'autres journalistes, nous nous inquiétons du risque de psychose que pourrait induire une intensification de la visibilité policière.

Quant au risque de recul des libertés publiques, il le rejette, évoque un « équilibre entre le respect des libertés et l'efficacité de l'action policière : il ne faut pas s'inquiéter, nous agissons dans un cadre républicain, toutes nos enquêtes sont menées dans le cadre du code de procédure pénale, c'est ce qui fait la différence entre un pays républicain et un autre... »

L'échange se passe jeudi matin à la préfecture qui a invité les représentants des rédactions à dialoguer avec les services de sécurité. « Nous avons reçu une directive : renforcer la surveillance, notamment dans vos structures », explique la directrice de cabinet du préfet, Isabelle Epaillard-Patriat.

Ceci étant, il n'est pas question de mettre un policier derrière chaque journaliste. Il est plutôt question que les patrouilles passent devant les locaux de presse à horaires irréguliers. Ce qui, vu leur localisation ne devrait pas modifier grandement les usages. En fait, les sites et locaux les plus surveillés sont les centres commerciaux et les lieux de cultes, les salles de spectacle, les gares et stations de tram, les locaux publics...

Ce que le commissaire Benoît Desféret, directeur départemental de la sécurité publique du Doubs décrit ainsi : « on met en évidence les lieux à risque en raison de la sensibilité et du contenu des activités. L'important est que nos concitoyens perçoivent la visibilité de notre présence. Mais il y a aussi des mesures discrètes, c'est notre métier d'assurer la sécurité des autres... ».