Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Face au « 49.3 », la mobilisation contre la réforme des retraites reprend

brève

Lundi 2 mars 2020 / Toufik-de-Planoise

Environ 300 personnes s’étaient réunies ce lundi soir sous une pluie battante devant la préfecture du Doubs à Besançon. Ils ont dit leur colère et leur consternation après l’emploi du 49.3 par le gouvernement, ce qui lui permet d’adopter sans débat et sans vote son projet de réforme des retraites. À l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, et SUD/Solidaires, les manifestants voulaient marquer le coup après une première tentative la veille, spontanée mais chétive. À Montbéliard et Belfort, ils étaient une cinquantaine, tout aussi déterminés à « aller jusqu’au retrait ».

Les Gilets jaunes étaient aussi présents devant la préfecture pour dénoncer l'usage du 49.3 par le gouvernement.

Ce mouvement, qui dure désormais depuis près de quatre mois, a connu d’importantes grèves et démonstrations de rue. Bien sûr y compris dans la capitale comtoise, qui a connu ses heures d’affluence notamment le 5 décembre dernier avec plusieurs milliers de participants. Mais cela n’a pas suffi à faire plier le gouvernement. Mais les plus téméraires le promette à coup de slogans, « on ne lâchera rien jusqu’au retrait. » La plupart espèrent encore pouvoir changer la donne, c’est pourquoi les rendez-vous se multiplient dans toute la France.

 Localement, le rassemblement s’est mué en « cortège sauvage » dans les artères du centre historique. Le local du candidat LREM Eric Alauzet essuiera de nombreux crachats, pour le reste les conséquences se limiteront à la perturbation des transports et des voies de circulation. Jusqu’au retour à Préfecture vers 19 h, où quelques bacs de poubelles sont disposés pour faire barrage et les ordures vidées sur la préfecture. Tout le monde s’est dispersé dans le calme, avec en tête le nouveau rendez-vous fixé par l’intersyndicale ce mardi 3 mars : un rassemblement à 17 h 30 devant la permanence du député Éric Alauzet rue de Belfort. Des rassemblements avaient aussi eu lieu à Belfort hier et ce matin, et à Montbéliard, où une cinquantaine de personnes s’étaient rassemblées ce soir sous des trombes d’eau également.