Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Du gaz à General Electric Belfort

reportage

Samedi 25 mai 2019 / Guillaume Clerc

Sous pression. Comme tous les acteurs du dossier General Electric et son usine à Belfort. Personne ne dit rien, mais le bruit de 1.000 suppressions de poste est persistant. Une catastrophe pour le territoire. C’est la branche turbines à gaz, 1.900 salariés sur les 4.200 que le groupe américain emploie ici, qui semble la plus menacée. Bruno Le Maire vient presque de l’enterrer. Faute de débouchés, dit-il. Les syndicats dénoncent un mensonge pour mieux faire passer la pilule du plan social. Chiffres à l’appui, ils tablent, tout comme GE, sur la reprise du secteur. Pour pérenniser la dimension d’excellence industrielle de Belfort, son savoir-faire et ses emplois, ils ont élaboré des pistes de diversification vers l’aéronautique, l’hydrogène et le nucléaire.
Antoine Peyratout, le tout nouveau directeur de GE Power France face aux salariés de General Electric, d'Alstom, des habitants et des élus qui sont venus demander des comptes et présenter leur plan pour maintenir l'activité industrielle à Belfort le 21 mai. Ce matin, ils avaient accompagné l'impressionnante sortie des ateliers de la plus grosse turbine au monde.

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Pour lire tous les articles du Journal
et participer au débat

ABONNEZ-VOUS 

Choisissez votre formule !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques 2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier 3. C'est un journal participatif En savoir plus