Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Incontournable Franche-Comté : les cigognes passent, levez les yeux !

brève

Lundi 16 février 2015 / Daniel Bordür

Comme chaque année, le mois de février annonce le retour de la Cigogne blanche, qui rentre de ses aires d’hivernage en Espagne et en Afrique du Nord et sub-saharienne. Des milliers d’individus quittent ainsi l’Afrique pour rejoindre l’Europe en contournant la Méditerranée. Pour la plus grosse partie des effectifs européens, elle sont remontées le long de l’Afrique de l’Est, ont traversé l’Egypte, longé les côtes et sont passées par le détroit du Bosphore. Certaines viennent même d’Afrique du Sud ! L’autre partie des effectifs sera remontée d’Afrique du Nord et de l’Ouest par le détroit de Gibraltar. 

Sur cette dernière voie de migration, la Franche-Comté représente un passage quasi incontournable de la fin janvier à la fin mars (pic de passage fin février). Les oiseaux se dirigent majoritairement vers l’Allemagne, traversent la région via plusieurs couloirs et se glissent entre les Vosges et le Massif jurassien. Le couloir le plus important est l’axe Lons-le-Saunier-Besançon-Montbéliard, qui permet aux cigognes de contourner l’arc jurassien par la vallée du Doubs. 

Il est difficile d’estimer le nombre d’individus traversant la région. Pour l’année 2015, la migration pré-nuptiale relayée par le réseau d’observateurs de la LPO Franche-Comté fait état de plus de 85 observations depuis le 28 janvier (carte ici).

Des groupes de moins de 10 à plus de 250 individus ont été observés en migration active ou en dortoir sur les clochers et toits de la région… comme à Rougemont (Doubs) le 12 février, avec une soixantaine d’individus, ou à Champagney (Haute-Saône) le 13 février avec une centaine d’oiseaux.