Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

L'actualité du 1 au 7 décembre en Franche-Comté

Revue de presse

Lundi 7 décembre 2020 / La rédaction

Déserts médicaux, un futur directeur au conservatoire de Besançon déjà contesté, des cas de cancers pédiatriques inexpliqués dans le Jura, des journalistes mis en cause, des politiques favorables à l'interdiction des manifestations dans le centre-ville de Besançon, Alain Joyandet qui dénonce le bilan de la fusion de la région, Lons-le-Saunier qui pourrait passer en zone gendarmerie, etc.

Mots-clés: revue de presse

Selon une carte établie par le site Le Guide Santé, « seulement 5,5% de déserts médicaux » existent en Bourgogne-Franche-Comté, soit 205 communes sur les 3704 de la région. Comme l’explique l’Est Républicain, les critères pris en compte sont l’accessibilité d’un médecin généraliste, une première pharmacie située à plus de 10 minutes de routes et le premier pôle de médecine d’urgence située à plus de 30 minutes de transports. Pour y pallier, les solutions mises en avant sont la télémédecine, mais le Guide Santé note que les déserts médicaux sont bien souvent aussi des déserts numériques, le recours aux infirmières de pratique avancée (IPA), et les maisons de santé. Le sénateur du Territoire de Belfort, Cédric Perrin, propose de supprimer les exonérations liées à l’installation de médecins en zone franche urbaine et qui concerne l’impôt sur le revenu, les locaux et les cotisations sociales patronales durant cinq ans. Cela peut nuire à l’attractivité des territoires ruraux dénonce le sénateur.

La nomination du nouveau directeur du conservatoire de Besançon créé des remous parmi les professeurs. Ils lui reprochent « son management et sa personnalité clivante », détaille France 3. Arnaud Peruta a été nommé en octobre par un jury de Besançon Métropole. Il a été accusé de harcèlement moral dans ces précédents postes, notamment à Bayonne et à Dijon, où il était le directeur jusqu’en 2017, quand il a décidé lui-même d’arrêter d’exercer cette fonction dans un souci d’apaisement.

Entre 2011 et 2019, 13 enfants ont été diagnostiqués d’un cancer dans 4 communes du Jura limitrophes des Rousses et de Prémanon, ce qui est bien au-delà des statistiques nationales. Bastamag. Une enquête a été diligentée, mais aucune cause n’a encore été identifiée et l’ARS n’exclut pas le hasard. La mère de l’un des enfants atteints de leucémie a réalisé des analyses sur ses cheveux, des traces de métaux lourds ont été retrouvées.

Un cliché montrant l’agression d’un policier lors de la manifestation parisienne du 28 novembre contre la loi de sécurité globale a créé la polémique. Plusieurs députés macronistes et des syndicats de police ont mis en cause trois journalistes filmant la scène, dont Emma Audrey, reporter à Radio BIP / Média 25, les accusant de non-assistance à personne en danger et cerclant leur tête de rouge. « Je respecte la charte de Munich, je n’interviens pas, c’est la base. Le contraire serait incroyable », répond la journaliste bisontine à Libération qui l’interrogeait.

Ludovic Fagaut, dans l’opposition LR au conseil municipal de Besançon, tout comme Laurent Croizier du Modem, demandent au préfet d’interdire le parcours des manifestations au centre-ville de Besançon pour ne pas aggraver la situation des commerces, relate l’Est Républicain.

Alain Joyandet, président de la commission des finances de la région dénonce un bilan « perdant-perdant », une explosion des dépenses de fonctionnement, un manque de projets d’investissement et une fusion pénalisante. Pour le sénateur de Haute-Saône, les Francs-Comtois ont payé la dette des Bourguignons, mais qu’à l’arrivée, la région se retrouve avec un endettement bien supérieur. Retrouvez ces chiffres sur cet article de l’Est Républicain.

Le Progrès de samedi 5 décembre s'interroge sur les conséquences du Livre blanc de la sécurité intérieure pour la pérennité du commissariat de police de Lons-le-Saunier. En effet, ce document de 332 pages publié le mois dernier et préfigurant la proposition de loi sécurité globale, propose de relever de 20.000 à 30.000 habitants le seuil de répartition entre zone de gendarmerie et zone de police nationale. Or, la circonscription de police de Lons-le-Saunier, qui inclut Montmorot et Perrigny, compte quelque 22.000 habitants... Une telle perspective n'est pas du tout du goût du syndicat UNSA-Police qui évoque 3000 à 4000 interventions annuelles de police-secours et doute que la gendarmerie puisse mettre autant de personnels que les 86 fonctionnaires de police actuels. Pour sa part, le maire, qui n'a aucune information relative à un éventuel redéploiement, souhaite au contraire renforcer le commissariat.

Dans la partie débat de Factuel, blogs et communiqués de presse :

Communiqué de la France Insoumise suite à nos révélations qui ont apporté la preuve que Amazon s’implantera bien à Belfort. Le parti dévoile d’ailleurs ses deux chefs de file aux régionales, Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam.

Dans sa chronique régulière, Filou ne veut plus entendre parler des manifestations à Paris, « qui ne sont plus que l’occasion à quelques centaines de casseurs de venir se battre avec les policiers. »

Parution du 23ème observatoire régional de l’agriculture biologique

Analyse du collectif techno-critique REGRES sur la loi de sécurité globale

Après notre article sur la situation conflictuelle à la MGEN du Doubs, son président démissionnaire, Sébastien Barbati, s’exprime sur son blog

La région conteste la fermeture des remontées mécaniques devant le Conseil d’État

Convergence des luttes à Montbéliard ! Auto-défense populaire de l’Aire Urbaine

De la démocratie en UFC, réflexions de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD quant à l’analyse faite par Daniel Gilbert de son échec à devenir président de l’université

Appel à une journée de grève au sein de l’établissement de Belfort de GE Hydro France