Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Meilleurs vœux de bonheur et de dignité

éditorial

Jeudi 31 décembre 2015 / Daniel Bordür

Factuel.info vous présente ses meilleurs vœux possibles pour 2016. Des vœux de bonheur et de joie, bien sûr, des vœux d'initiatives et de réussite. Tout ce qu'il est possible de se, de vous, de nous souhaiter de beau et de bon. Ces possibles sont nombreux, mais tous n'adviendront pas, et nous le savons.

L'aube de cette année nouvelle ne semble en effet pas très propice à l'espoir. Celle qui s'achève dans les rodomontades et les questions institutionnelles a commencé dans le choc. Elle s'est poursuivie par une curieuse dialectique où le sursaut humain, la responsabilité citoyenne se sont retrouvés face aux multiples forces qui tentent de les entraver. En appui des violences institutionnelles – la surveillance de tous et de tous les instants – que permet l'état d'urgence, une forme de violence verbale entend délégitimer toute critique systémique en la taxant d'angélique, de bien pensante ou de politiquement correcte. Certains vont même jusqu'à imaginer interdire les sciences humaines et sociales sous le fallacieux prétexte qu'elles fourniraient des excuses au terrorisme alors qu'elles cherchent seulement à le connaître, le comprendre. Et contribuent ce faisant à la prévention de ses méfaits.

Sont visés tous ceux qui se mettent en travers du libéralisme débridé et du consumérisme abrutissant, ceux qui défendent une société libre, ouverte et solidaire. Et ça fait du monde ! Intellectuels professionnels et amateurs, militants de mille causes, altruistes, nouveaux paysans, syndicalistes, associatifs, artistes, coopérateurs, expérimentateurs... Tout un monde élevé au grain de la curiosité, de la tolérance et de la démocratie, instruit et voyageur, individualiste et capable d'élans collectifs.

Ce monde défend la radicalité du libéralisme politique sur lequel repose le pluralisme des choix personnels, mais il refuse l'impasse politique et écologique, civilisationnelle, de l'ultralibéralisme économique.

Pour que son acuité politique advienne, il lui reste à retrouver l'histoire et son sens tragique derrière les événements et leur exploitation par les démagogues politiques et médiatiques. Le rôle des lobbies qui les obligent et les assiègent pour mettre l'humanité et la planète en coupe réglée n'est plus à démontrer. Il reste à ce nouveau monde qui tente d'éclore, à saisir le lien entre entre la mise à sac de la Mésopotamie par les rois du pétrole, en turban ou en cravate, Moyen-Orientaux ou Texans, et les dictatures humiliant les peuples avec nos industries d'armement. Il commence à se savoir que la fable des armes de destruction massive de Saddam n'a pas seulement été le prétexte d'une invasion ouvrant la voie d'une gigantesque prédation : elle a aussi débouché sur le pire retour de boomerang depuis le traité de Versailles, la naissance de Daesh.

Là sont des enjeux majeurs de 2016 que masque ce délétère débat sur la déchéance de nationalité dont le but est de projeter le pays dans la campagne présidentielle de 2017 sur des bases pestilentielles. Autrement dit, « propres à corrompre les âmes », pour reprendre la définition du Grand Robert.

Pour 2016, souhaitons-nous du bonheur et de la joie, mais aussi du courage et de la dignité.