Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Melha Bedia est « Forte » et l’assume

entretien

Mardi 14 avril 2020 / Patrick Tardit

« Forte », le film de Katia Lewkowics avec Melha Bedia, devait sortir le 18 mars au cinéma. Faute de le voir sur grand écran, pour cause de fermeture actuelle des cinémas, « Forte » sera finalement diffusé en exclusivité sur Amazon Prime Vidéo, à partir du 15 avril. Rencontre avec Melha Bedia, lors de l’avant-première du film à l’UGC Ludres, près de Nancy.

Tout comme son personnage, Melha Bedia était douée pour le foot : « J’étais au PSG pour les filles, j’allais entamer une carrière de football féminin aux Etats-Unis, mais ma mère a dit non », précise-t-elle.

« 20 kilos en trop et un bonnet en guise de coupe de cheveux », Nour est une jeune fille trop « pote » avec les garçons, pas assez féminine, une fille pas assez fille pour ne pas se prendre des rateaux. Incarnée par Melha Bedia, Nour est « une petite grosse », Nour est « Forte », titre du film de Katia Lewkowics (« Pourquoi tu pleures ? », « Tiens-toi droite »). Petite soeur de Ramzy, Melha Bedia est à l’origine de cette histoire, dont elle est aussi coscénariste.

Entourée de ses meilleurs amis, la toute fine Adèle (Alison Wheeler) mère célibataire qui a du mal à garder un mec, et Steph (Bastien Ughetto) qui hésite encore entre filles ou garçons, Nour décide finalement de changer, de se changer, et de se mettre à la pole dance. Elle va suivre les cours de Sissi, jouée par Valérie Lemercier, dotée d’un passé un peu louche et de toute la panoplie (faux cheveux, faux-cils, faux ongles), prof qui plus que d’astuces pour évoluer autour de la barre lui donnera le meilleur des conseils : « N’abandonne jamais ».

Nour est « Forte », et ce titre à double sens a été trouvé par la réalisatrice, car Nour est forte de caractère aussi. La morale de ce film sur la différence est que « l’important c’est d’être soi-même », mais cette inoffensive comédie reste superficielle et ne traite pas vraiment le vrai sujet, la férocité du regard des autres.