Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Taux de non emploi des 25-60 ans : 27,2%

revue du web

Mardi 5 septembre 2017 / La rédaction

Alternatives-Économiques lance un « contre-indicateur » du chômage : le « taux de non-emploi en équivalent temps plein ». Il tient compte des chômeurs « officiels », mais aussi des « inactifs » découragés de chercher un travail...

Le mensuel Alternatives-Économiques lance un « contre-indicateur » du chômage. Il s'agit d'un indice calculé à partir de l'addition du taux des personnes de 25 à 59 ans ayant un emploi à temps plein (65,1% au second semestre) et du taux de personnes à temps partiel (13,7%) pondéré par le pourcentage de temps plein (56%) de ces emplois, ce qui donne 7,7% équivalents temps pleins.

Conséquence : 65,1% + 7,7% = un taux de 72,8% travaillent en équivalents-temps-plein, et donc le taux de non emploi est de 27,2%, inégal entre hommes (20%) et femmes (35%) en raison du plus fort taux d'emplois à temps partiels de ces dernières. Ce taux de 27,2% est à rapprocher du taux de chômage qui varie autour de 10% des 15-65 ans...

Guillaume Duval, le rédacteur en chef du journal, explique ce choix : « Il ne nous semble pas pertinent d’apprécier le non-emploi sur la même palette d’âge. Il existe de bonnes raisons en effet pour qu’une partie significative des personnes âgées de plus de 60 ans ne soient plus en emploi, du fait notamment de la pénibilité des tâches qu’elles ont effectuées précédemment. De même avant 25 ans, il est socialement utile qu’une part significative des jeunes ne soit pas en emploi mais en formation initiale même s’il est souhaitable également que les jeunes qui cherchent un emploi puissent en trouver plus aisément qu’aujourd’hui ».

Il argumente aussi en faveur d'un indice agrégeant les inscrits à Pole emploi et les inactifs découragés de chercher un emploi.... Le journal considère qu'il n'est « pas souhaitable de régler la question du chômage en multipliant les petits boulots à temps très partiel : chacun doit pouvoir accéder à un emploi à temps plein ».

A lire ici.