Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Veolia confirmé pour la gestion de l'eau dans le Pays de Montbéliard

brève

Jeudi 30 janvier 2020 / Guillaume Clerc

Les élus de Pays de Montbéliard Agglomération ont confirmé le vote pour une délégation de service public de l'eau au profit de Veolia. Après un débat houleux où l’étude de référence a été jugée partiale au détriment d’une régie publique et une précipitation qui en interroge beaucoup, le vote s’est tenu à bulletin secret et dans un isoloir.

Mots-clés: eauMontbéliard
L'isoir était déjà là au début du débat de la séance du conseil communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération ce 30 janvier.

Veolia continuera à gérer l'eau à Montbéliard. Les élus de Pays de Montbéliard Agglomération ont confirmé le vote du 12 décembre qui laissait à l’entreprise la délégation de service public de l'eau. La préfecture avait jugé ce premier vote "entaché d'illégalité" parce que l'agglomération n'avait pas encore la compétence "eau"à ce moment.

Lors du débat, l'étude de référence facturée 400.000 € à un cabinet proche de Véolia et qui va dans son sens "en pipant les dés" a été dénoncée, car elle impute une charge d'exploitation majorée à la régie publique. En augmentant par exemple la masse salariale d'une gestion publique du fait d'un supposé plus fort absentéisme.

La précipitation avec laquelle ce dossier est traité en agace certains, qui parlent de "déni de démocratie". Charles Demouge, président de l'agglo, a dû défendre le contrat qu'il a signé avec Véolia dès le 5 janvier, après le vote du 12 décembre qu'il savait fragile juridiquement, et avant la confirmation de ce 30 janvier.

Certains élus, craignant des pressions, ont tenu à ce que cette confirmation se tienne à bulletins secrets et avec un isoloir. Résultat : 61 oui, 50 non et un blanc. La vingtaine de manifestants en faveur d'une régie publique, présents devant les portes de l'administration puis dans le hall pour suivre les débats sur écran, n'aura pas suffi.