Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

analyse

/ Daniel Bordür

La « lettre aux Français » d'Emmanuel Macron borne l'exercice proposé en lui interdisant de revenir sur les décisions économiques et fiscales engagées. En outre, le président ne semble envisager la réflexion que sous un angle idéologique libéral ne connaissant que des individus consommateurs. Il ne trace aucune perspective collective, environnementale ou citoyenne tenant compte des écosystèmes ou des fondamentaux anthropologiques.

/ Daniel Bordür

L'hypothèse aujourd'hui plausible d'une quadrangulaire au second tour permet d'envisager de nombreux scénarios. Dont la présence d'une liste de LREM-centre-droit conduite par l'ancien écologiste Eric Alauzet. Mais la gauche dont il se réclame encore un peu, n'a pas perdu d'avance. La preuve, elle commence à préparer l'échéance.

/ Daniel Bordür

Le directeur général de l'ARS avait heurté le 18 mai les 500 manifestants venus défendre une autre politique de santé, en snobant une rencontre programmée. Elle a finalement lieu jeudi 31 mai et doit envoyer des signaux au gouvernement tandis que le département du Doubs a émis, à huis clos, de « fortes réserves » sur le Projet régional de santé. Ni Besançon ni son agglo n'ont eu de débat public sur le sujet.

/ Daniel Bordür

Lors de ses vœux bisontins aux corps intermédiaires, la présidente du Conseil régional a expliqué comment, outre le vote de plans d'urgence (BTP, agriculture) et de quelques volets économiques (formation des chômeurs, tarifs TER...), l'essentiel du début de mandat a consisté à harmoniser plus de 2000 règlements jusqu'alors différents. Elle s'est aussi prononcée pour le maintien de l'équilibre Besançon-Dijon trouvé en 2015.

/ Daniel Bordür

La semaine de quatre jours est arrivée largement en tête d'une consultation organisée à la va-vite, ponctuée d'un ersatz de débat, à laquelle n'ont participé que 3,62% des électeurs inscrits, et même moins de 3% des adultes si l'on tient compte des non inscrits auxquels elle était ouverte. C'est une « consultation manquée » pour Laurent Croizier (MoDem) tandis que la FCPE se gausse.

Accès libre

/ Daniel Bordür

Le président de la chambre d'agriculture du Doubs-Territoire-de-Belfort dénonce « les extrémistes de part et d'autre qui s'en donnent à cœur joie », mais ne répond pas à la problématique de destruction des sols soulevée par les scientifiques qui inquiète de très nombreux paysans. Il pose par ailleurs une question qui aurait paru iconoclaste il y a peu : « faut-il virer l'UIPP [le lobby des pesticides] de Coop de France ? »

Pages