Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

analyse

/ Daniel Bordür

L'hypothèse aujourd'hui plausible d'une quadrangulaire au second tour permet d'envisager de nombreux scénarios. Dont la présence d'une liste de LREM-centre-droit conduite par l'ancien écologiste Eric Alauzet. Mais la gauche dont il se réclame encore un peu, n'a pas perdu d'avance. La preuve, elle commence à préparer l'échéance.

/ Daniel Bordür

Le directeur général de l'ARS avait heurté le 18 mai les 500 manifestants venus défendre une autre politique de santé, en snobant une rencontre programmée. Elle a finalement lieu jeudi 31 mai et doit envoyer des signaux au gouvernement tandis que le département du Doubs a émis, à huis clos, de « fortes réserves » sur le Projet régional de santé. Ni Besançon ni son agglo n'ont eu de débat public sur le sujet.

/ Daniel Bordür

Lors de ses vœux bisontins aux corps intermédiaires, la présidente du Conseil régional a expliqué comment, outre le vote de plans d'urgence (BTP, agriculture) et de quelques volets économiques (formation des chômeurs, tarifs TER...), l'essentiel du début de mandat a consisté à harmoniser plus de 2000 règlements jusqu'alors différents. Elle s'est aussi prononcée pour le maintien de l'équilibre Besançon-Dijon trouvé en 2015.

/ Daniel Bordür

La semaine de quatre jours est arrivée largement en tête d'une consultation organisée à la va-vite, ponctuée d'un ersatz de débat, à laquelle n'ont participé que 3,62% des électeurs inscrits, et même moins de 3% des adultes si l'on tient compte des non inscrits auxquels elle était ouverte. C'est une « consultation manquée » pour Laurent Croizier (MoDem) tandis que la FCPE se gausse.

Accès libre

/ Daniel Bordür

Le président de la chambre d'agriculture du Doubs-Territoire-de-Belfort dénonce « les extrémistes de part et d'autre qui s'en donnent à cœur joie », mais ne répond pas à la problématique de destruction des sols soulevée par les scientifiques qui inquiète de très nombreux paysans. Il pose par ailleurs une question qui aurait paru iconoclaste il y a peu : « faut-il virer l'UIPP [le lobby des pesticides] de Coop de France ? »

/ Daniel Bordür

Au second tour dans les douze circonscriptions de Franche-Comté face à 7 LR, 3 FN, 1 UDI et 1 PS, les candidats macronistes sont en position favorable dans au moins huit d'entre elles, et peuvent en espérer davantage : même Annie Genevard n'est pas à l'abri d'une surprise dans le Haut-Doubs. Seule rescapée à gauche, Barbara Romagnan est en danger et doit mobiliser insoumis et abstentionnistes pour l'emporter face à l'inconnue Fannette Charvier.

/ Daniel Bordür

Elu député écologiste en 2012, candidat investi par le PS et EELV en juin 2017, il est considéré comme Macron-compatible et brigue l'investiture de République en marche. Son comité de soutien fait cohabiter des élus de tous bords. Le grand écart ? Plutôt une expérience parmi d'autres de la recomposition qui touche tous les camps.

Pages