Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

analyse

/ Toufik-de-Planoise

Les derniers actes ont été peu suivis. Si le contexte estival, la répression continue et la convergence à Dijon ou Belfort peuvent l'expliquer, d’autres réalités plus abruptes émergent : lassitude, oppositions stratégiques et dissensions internes...  Pour les « historiques » eux-mêmes, une page est peut-être en train de se tourner...

/ La rédaction

LREM arrive en tête dans 48 des 67 bureaux de vote bisontins, le RN l'emporte dans onze bureaux dont six à Planoise où la participation est la plus faible. EELV est en tête dans huit bureaux, mais est à moins de 1 point de LREM dans quatre… Le nombre de voix par rapport aux inscrits nuance sérieusement l'analyse de la répartition des suffrages exprimés. Les cinq principales listes de gauche sont majoritaires ensemble dans tous les bureaux avec 41% des voix et ont la majorité absolue dans sept bureaux…

/ Comité de vigilance services publics 70

L'historien franc-comtois Michel Antony tente dans une recherche de plusieurs semaines de comprendre comment le mouvement est passé du vase qui déborde à l'émergence de traits émancipateurs et de véritables expérimentations autogestionnaires jusqu'au changement d'analyse de partis et syndicats. Son texte introduit une rencontre-débat organisée le 13 mars à Besançon par l'association Utopies et Alternatives Aujourd'hui.

Accès libre

/ Daniel Bordür

La « lettre aux Français » d'Emmanuel Macron borne l'exercice proposé en lui interdisant de revenir sur les décisions économiques et fiscales engagées. En outre, le président ne semble envisager la réflexion que sous un angle idéologique libéral ne connaissant que des individus consommateurs. Il ne trace aucune perspective collective, environnementale ou citoyenne tenant compte des écosystèmes ou des fondamentaux anthropologiques.

/ Daniel Bordür

L'hypothèse aujourd'hui plausible d'une quadrangulaire au second tour permet d'envisager de nombreux scénarios. Dont la présence d'une liste de LREM-centre-droit conduite par l'ancien écologiste Eric Alauzet. Mais la gauche dont il se réclame encore un peu, n'a pas perdu d'avance. La preuve, elle commence à préparer l'échéance.

/ Daniel Bordür

Le directeur général de l'ARS avait heurté le 18 mai les 500 manifestants venus défendre une autre politique de santé, en snobant une rencontre programmée. Elle a finalement lieu jeudi 31 mai et doit envoyer des signaux au gouvernement tandis que le département du Doubs a émis, à huis clos, de « fortes réserves » sur le Projet régional de santé. Ni Besançon ni son agglo n'ont eu de débat public sur le sujet.

Pages