Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Arts plastiques et graphiques

Adélie, dix ans, est restée bouche-bée devant ce tableau de Vladimir Anishchenko.

/ Danièle Secrétant

Lors de l'exposition de ses tableaux à la Galerie de l'Ancienne Poste, à Besançon, le peintre paysager biélorusse Vladimir Anishchenko, a surpris le regard émerveillé d'une petite fille devant le tableau d'un champ de marguerites. Il a décidé de lui en peindre un, pour elle seule. Il le lui a offert. Vladimir Anishchenko exopse jusqu'au 31 août dans l'atelier de Gustave à Ornans.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Pour Christine Bouquin, présidente du Conseil départemental du Doubs, et Emmanuel Macron, qui lui reprendra la formule, Courbet se serait sans doute bien « amusé » de l’hommage solennel qui lui a été rendu ce lundi à Ornans à l’occasion du bicentenaire de sa naissance. Dans une ville barricadée par un impressionnant périmètre de sécurité, le président a célébré « ces terres qui ont un goût pour la liberté et l’utopie ». Christine Bouquin encensait un Courbet radical et Sylvain Ducret, maire de la ville, partageait ses craintes quant à l’avenir industriel de la vallée, et par la même, de la région.

/ Caroline Jeanmougin

L'art contemporain, pour quoi faire ? N'est-ce pas un peu ridicule ? D'ailleurs, l'art, la culture, tout ça : à quoi ça sert ? En cette période d'inquiétudes politiques, économiques, écologiques et de difficultés vitales, ces questions peuvent se poser. C'est l'argument d'une exposition se tenant au FRAC où s'entrecroisent la déshumanisation par le travail ou la technologie,  l’importance donnée à l'argent, le rôle de la culture, la vie, la beauté, l'espoir.

Accès libre

/ Daniel Bordür

Appelé du contingent entre 1958 et 1960, l'artiste ne voulait pas porter les armes et ne tuer personne. Avec l'accord de la hiérarchie militaire et du FLN, le commandant de son unité l'a envoyé enseigner dans un village des Aurès où l'on se souvient encore de lui. Ses photos ont déjà été vues en Franche-Comté, mais pas ses dessins... A Besançon jusqu'au 22 mars, invité par l'association A la rencontre de Germaine Tillion.

Pages