Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

chronique

/ Danièle Secrétant

Moi pourtant, c’est ce que j’aurais aimé entendre de nos dirigeants, ces derniers jours, et en particulier du ministre de l’éducation nationale. J’aurais voulu entendre : Oui, on a merdé. Ok, on a bousillé l’industrie, et le service public. Ok, la note est salée, mais on a compris que c’est important.

/ Danièle Secrétant

Incarcérés et gravement malades, des femmes et des hommes emprisonnés subissent une double peine. Certains sont proches de la mort. Comment cohabitent en prison des logiques contradictoires de prises en charge. Sont-ils détenus-malades ou malades-détenus ? L'anthropologue bisontine Aline Chassagne donne la parole à dix-sept d'entre eux, fruit d'un travail de cinq années de recherche dans cet univers particulier, la prison.

/ Danièle Secrétant

Magari ! C'est mon mot préféré de la langue italienne : magari. Magari est un mot qui a plusieurs significations, un peu comme wesh, mais personnellement je préfère nettement magari à wesh, (même si wesh est un mot très futé et très rigolo)...

/ Danièle Secrétant

 Le choc, les ondes de choc… un chat...

S’il est collectif, le choc est aussi individuel. Il se ressent différemment suivant un nombre de facteurs liés à notre histoire personnelle. Le choc évoque quelque chose de violent. Et ce qui se passe depuis quelques mois est très violent. Le choc qui nous atteint de plein fouet génère de la violence, s’il génère aussi de la solidarité

/ Danièle Secrétant

Peur, colère, motivations... Je tombe le masque pour vous dire que oui, j’ai peur. Peur pour celles et ceux que j’aime, peur pour ceux que j’ai aimés... J’ai peur pour tous ceux que l’on envoie au front, sans masques, sans gants. Je pense aux soignants, aux caissières, aux éboueurs, aux livreurs… Je pense même aux policiers. Oui, ceux qui ont gazé, matraqué, éborgné… 

Pages