Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Cinéma

Mercredi 23 janvier 2019 / Patrick Tardit

« J’étais touché par la chaleur et l’accueil que j’ai reçu là-bas », confie l’acteur, qui a tourné « Yao », une fable familiale réalisée par Philippe Godeau, dans le pays de son père. En voyageant sur la terre rouge du Sénégal, avec un gamin pour guide, un acteur célèbre, d’abord bousculé par les habitudes et le rythme africains, va s’ouvrir au pays de ses ancêtres, et à une Afrique qui n’est pas celle des touristes...

Mardi 22 janvier 2019 / Michèle Tatu

La 21e rencontre de cinéma du CCPPO se tient du 25 au 27 janvier au petit Kursaal. S'ouvrant par deux longs métrages sur le procès de Nelson Mandela (ci-contre) et la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, elle se poursuivra par des films sur la Rhodiaceta, forteresse ouvrière ou friche à graffiti, ou les travailleurs de Sochaux, avec le regard toujours neuf des groupes Medvekine.

Lundi 14 janvier 2019 / Patrick Tardit

Une douanière qui repère l'odeur de la honte ou la culpabilité... Un jour, arrive un semblable alors qu'elle se croyait unique... Etrange et dérangeant, le film de Ali Abbasi évoque la différence avec un curieux couple de monstres.

Lundi 14 janvier 2019 / Patrick Tardit

« C’était une grande aventure humaine, ce personnage m’a bouleversé », confie l’acteur Jacques Gamblin, qui incarne l’artiste naïf dans le film de Nils Tavernier, L'Incroyable histoire du facteur Cheval... Tout commence avec une pierre à la forme bizarre sur laquelle bute un jour le facteur qui consacrera 33 ans à bâtir cet incroyable palais pour sa fille. Malraux le classera monument historique.

Vendredi 11 janvier 2019 / Patrick Tardit

Le film de Louis-Julien Petit est une comédie sociale qui rend visibles les femmes de la rue et celles qui les aident, des oubliées du quotidien. Le cinéaste filme les travailleuses sociales comme « des résistants modernes », et les femmes de la rue comme des héroïnes...

Mardi 8 janvier 2019 / Patrick Tardit

Il y a de la légèreté, de l’humour et du panache dans le film d’Alexis Michalik, où l’acteur Thomas Solivérès incarne « Edmond ». Dans un véritable tourbillon, le film raconte un texte qui s’invente, les répétitions hasardeuses, une troupe qui se monte, des producteurs corses, une épouse jalouse, un auteur tétanisé par la crainte de l’échec...

Pages