Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Collectivités

/ Invité.e.s

Plus de 2600 étudiants étrangers ont choisi Besançon et représentent 22% des inscrits à l'Université de Franche-Comté, soulignent Thibaut Bize, adjoint aux relations internationales au maire de Besançon, et Anthony Poulin, conseiller municipal délégué vie étudiante. Ils considèrent que le projet du Premier ministre d'augmenter les frais d'inscription de 1500% pour les étrangers va les « dissuader d'accéder aux études supérieures en les sélectionnant par l'argent, fragiliser nos universités, notre pays et notre ville. »

Accès libre

/ Daniel Bordür

La division de la majorité municipale, unie sur une motion critique du gouvernement, n'est pas en cause. Ce qui a pourri l'atmosphère, c'est une vive tension entre Jean-Louis Fousseret et Jacques Grosperrin, accentuée par la brusquerie des interventions de Michel Omouri à qui Myriam Lemercier a demandé de se calmer ! Du coup, la vraie politique était dans la rue avec près de 200 militants réclamant aux élus de faire plus pour le climat.

/ Daniel Bordür

Saint-Paul de Giovanni Battista Beinasch

Le conseil municipal de lundi 12 novembre doit notamment examiner les relations entre la ville et nombre d'entreprises privées délégataires ou usagères de services publics, du musée des beaux-arts au casino, de la musique à l'énergie... Il enregistrera l'augmentation en 2017 des tâches du CCAS et travaillera sous le regard d'associations de défense de l'environnement manifestant pour la prise en compte du climat...

/ La rédaction

Deux bennes affrétées par la ville ont récupéré le matériel après que la police a emmené une trentaine de personnes. Les unes, demandeurs d'asile et mineurs, ont été hébergées par l'Etat et le département, les autres font l'objet de vérification et certaines pourraient être expulsées. « Cherchez un presbytère », a suggéré le préfet aux militants de SolMiRé...

/ La rédaction

Créé en 2007 par la vidéaste Odile Chopard missionnée par Marie-Guite Dufay, alors adjointe aux affaires sociales de Besançon, ce formidable outil collaboratif va-t-il continuer après le 31 décembre et la fin du contrat-aidé qui l'anime ? Alors que les collectivités tardent à s'entendre, son conseil scientifique craint qu'il perdre son identité bisontine en s'élargissant à la région à qui la ville a demandé de l'aide...

Pages