Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Economie

Gilles Curtit

/ Daniel Bordür

Alors que s'ouvre la semaine de l'industrie lundi, le président de la CCI de Franche-Comté appelle de ses voeux une politique européenne industrielle. Il assure que « si les mêmes règles que celles appliquées à l'industrie avaient été appliquées à l'agriculture, il n'y aurait plus d'agriculture dans notre pays ».

/ Daniel Bordür

L'alerte a été donnée en septembre dernier, quand le puissant groupe coopératif Sodiaal a décidé de baisser de 5 euros la rémunération des 1000 litres de lait standard, et même de 15 euros pour les volumes destinés au beurre et à la poudre. Dans la foulée, le géant Lactalis annonçait également une baisse de 5 euros. Une délégation de producteurs est reçue ce mercredi par le préfet de Haute-Saône.

/ Daniel Bordür

« Aller au devant des porteurs de projets qui n'ont pas encore fait la démarche de s'outiller ». C'est ainsi qu'André Aurière présente Créaffaire, dispositif public de soutien à la création d'entreprise dont BGE, qu'il dirige, a obtenu le marché. « On sort de notre bureau chauffé, et on prend le bus... »

/ Roland Vasic

« On continue de prendre des paris avec flexibilité et adaptabilité... L'objectif est en permanence d'éviter l'obsolescence... » La visite faite aux préfets de Franche-Comté et du Territoire-de-Belfort ainsi qu'aux élus et journalistes le 1er mars ne dérogeait pas au genre, elle était toute de promotion. Retour sur les enjeux de l'activité du géant de l'énergie qui va présenter un plan social le 13 mars.

/ Roland Vasic

Le groupe américain a annoncé un Plan de Sauvegarde de l'Emploi (PSE), à Belfort, à l'occasion d'un Comité d'entreprise extraordinaire le 28 février. Le conglomérat, dont l'usine de Belfort assemble des turbines à gaz, avait fait savoir deux semaines auparavant qu'il redistribuerait 18 milliards d'euros à ses actionnaires en 2013. Les chiffres, non confirmés, qui circulent vont de 115 à 200 postes supprimés.

/ Daniel Bordür

Des délégués d'entreprises de Besançon expliquent à travers les mutations qu'ils vivent, leurs craintes de voir les négociations devenir encore plus compliquées si le texte signé par le MEDEF, la CFDT, la CFTC et la CGC est transposé dans la loi.

Pages