Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Elections

Mardi 13 juin 2017 / Daniel Bordür

Passée par un trou de souris pour arriver au second tour, la députée frondeuse sortante a reçu le soutien de Jean-Luc Mélenchon. Du coup, les insoumis de la première circonscription du Doubs, qui s'étaient réunis lundi soir, ont mardi soir appelé à « faire barrage à Madame Charvier »... De son côté, Pascal Routhier (DVD) soutien la candidate LREM.

Lundi 12 juin 2017 / Daniel Bordür

Au second tour dans les douze circonscriptions de Franche-Comté face à 7 LR, 3 FN, 1 UDI et 1 PS, les candidats macronistes sont en position favorable dans au moins huit d'entre elles, et peuvent en espérer davantage : même Annie Genevard n'est pas à l'abri d'une surprise dans le Haut-Doubs. Seule rescapée à gauche, Barbara Romagnan est en danger et doit mobiliser insoumis et abstentionnistes pour l'emporter face à l'inconnue Fannette Charvier.

Dimanche 11 juin 2017 / La rédaction

Des électeurs de Besançon ont voté pour des candidats qui ne se présentaient pas dans leur circonscription après avoir reçu par erreur du matériel électoral destiné à la circonscription d'à côté... Exemple dans les bureaux de vote de Montjoux, dans la première circonscription, où certains ont voté Alauzet (photo), Fagaut ou Arnoux candidats dans la seconde... La préfecture doit quelques explications.

Jeudi 8 juin 2017 / Daniel Bordür

Le premier tour de la présidentielle laissait augurer de huit quadrangulaires et quatre triangulaires au second tour en reprenant mécaniquement le seuil de 12,5% des inscrits pour se maintenir, mais la moindre participation va déboucher sur davantage de duels. Le nombre élevé de candidats rend le scrutin des 11 et 18 juin incertain. La concurrence systématique à gauche risque d'éliminer la plupart de ses candidats dès le premier tour.

Jean-Luc Mélenchon et plusieurs des candidats de la France insoumise aux législatives en Bourgogne et Franche-Comté.

Jeudi 1 juin 2017 / Daniel Bordür

Avant de s'exprimer devant 500 à 600 personnes rassemblées sous la pluie lors d'un meeting en plein air, le quatrième homme de la présidentielle a présenté les candidats Insoumis de Bourgogne-Franche-Comté aux législatives à l'issue desquelles il se voit « Premier ministre ou président de groupe ». Il pensait que les « socialistes respectables » quitteraient le PS après la présidentielle et promet : « le moment venu, nous tendrons la main ».

Fannette Charvier et son suppléant Arnaud Grosperrin, lors d'une réunion de campagne à Miserey-Salines. (Photos Daniel Bordur)

Mercredi 31 mai 2017 / Daniel Bordür

La candidate de LREM aux législatives dans la première circonscription du Doubs était lycéenne le 21 avril 2002 quand Jean-Marie Le Pen se qualifia pour le second tour. Elle se demandait alors « ce qui dysfonctionnait dans la société pour avoir ce résultat ». En 2016, elle a rejoint Emmanuel Macron après son départ du gouvernement et se dit « économiquement de droite et socialement de gauche ». Nous l'avons rencontrée à l'occasion d'une réunion publique à Miserey-Salines.

Edwy Plenel « quelle raison y a-t-il de mettre des candidats de la France insoumise face à Barbara Romagnan, Caroline de Haas ou des candidats issus de la majorité municipale de Grenoble ? Personne ne gagnera à ce jeu-là ». (Photo d'archives Daniel Bordur)

Lundi 29 mai 2017 / Daniel Bordür

Le fondateur de Médiapart vient parler de la république à l'invitation de Barbara Romagnan, jeudi 1er juin à Besançon. Anti-présidentialiste, il craint l'hégémonie d'une assemblée godillot, salue la « fidélité » de la candidate à ses engagements, et se veut « lanceur d'alerte » face à une gauche éclatée.

Barbara Romagnan, Christophe Lime, Anne Vignot et Claire Arnoux... (Photos Daniel Bordur)

Mardi 23 mai 2017 / Daniel Bordür

« On travaille pour l'avenir », explique Michel Chopard, de l'association Espace de Dialogue des Gauches et de l'Ecologie qui organisait mardi soir un débat où représentants du PCF, du PS, d'EELV et de la France insoumise ont dit leurs vérités et « échangé sans virulence ».

Pages