Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Elections

Denis de la Reussille : « Le PLR, le PDC et le PS ont toujours été très attentifs au caractère plurilinguiste du pays. Ils ont toujours fait attention à avoir des élus de la Suisse latine, francophone ou italienne, ce que l'UDC n'a jamais fait. Elle s'intéresse peu aux minorités, n'a jamais eu de conseiller fédéral latin... » Photos DB

/ Daniel Bordür

Les élections législatives suisses ont été marquées par une poussée de l'UDC (droite nationaliste) qui conforte sa première place et met à rude épreuve la culture politique du compromis. Elu du Parti ouvrier et populaire, Denis de la Reussille est l'un des deux représentants de La Gauche, coalition de petites formations à gauche du PS, au Conseil national. Il replace son engagement dans le complexe système politique helvète. En contre-point, le point de vue du député UDC de La Brévine, Raymond Clottu.

Accès libre
Marie-Guite Dufay aux universitaires : « La BPI va là où les banques ne veulent pas aller pour prendre les risques avec ceux qui innovent... » Photos DB

/ Daniel Bordür

Animant un café-débat à Besançon sur les questions d'enseignement supérieur, la candidate socialiste a défendu son bilan de présidente tout en assurant que la fusion des régions puise son origine dans le rapprochement des universités de Franche-Comté et de Bourgogne. Mais rien n'est simple avec les approches qui diffèrent selon qu'on enseigne en sciences humaines, en math-physique ou en médecine, à Dijon, Belfort ou Besançon...

/ Daniel Bordür

Symbolisant la lutte contre la corruption, la députée européenne Eva Joly, et Eric Alauzet, actif dans le débat parlementaire national sur la loi bancaire, ont soutenu la tête de liste Cécile Prudhomme qui veut « privilégier les banques vertueuses » et imposer une clause « écologique et sociale » dans les marchés publics de la région.

/ Daniel Bordür

Alors que l'UDI bisontine rue dans les brancards et que le MoDem tente de s'allier avec des socialistes bourguignons, le candidat de la droite à la présidence de la grande région Bourgogne-Franche-Comté a réuni une première « conférence des présidents » limitée à son camp et représentant six des huit départements. Un premier gros chantier serait la création d'une société publique locale pour « accélérer » le déploiement de la fibre optique.

 « Le clivage réformisme-révolutionnaire n'a plus de sens », dit Myriam Martin (à g, Ensemble). « Quel que soit le résultat, on proposera à Marie-Guite Dufay d'être sur les mêmes options », dit  Nathalie Vermorel (PCF).  Photos Daniel Bordur

/ Daniel Bordür

La porte-parole nationale d'Ensemble, la Toulousaine Myriam Martin, et la tête de file du PCF pour la Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Vermorel, étaient à la même tribune samedi à Besançon pour exhorter à l'union et à l'entrée en campagne de la « gauche de transformation sociale ». Tandis qu'EELV annonce des listes autonomes, le PG regrette l'échec de la réunion de vendredi 2 avec ND, PCF, MRC et Ensemble...

François Sauvadet, Hélène Pélissard, Jean-Philippe Lefèvre et Jean-Marie Sermier... Photos DB

/ Daniel Bordür

Ouvrant sa campagne régionale mardi 29 septembre à Dole, le champion de l'union UDI-LR propose aussi de confier au député européen Arnaud Danjean le pôle Europe qu'il créerait pour « ne plus laisser partir 200 millions de crédits non utilisés ». Devant 300 personnes, ses colistiers ont cogné sur les socialistes et les écologistes et exhorté les électeurs de droite à la mobilisation.

/ Daniel Bordür

« Ce ne sont pas les élections qui changent les choses, mais elles sont l'occasion de se regrouper autour d'un programme et d'un drapeau », dit Claire Rocher, infirmière hospitalière et tête de liste aux régionales, lors de la fête de Lutte ouvrière à Besançon pour le lancement de la campagne en compagnie de la porte-parole nationale Nathalie Arthaud et de Michel Treppo, tête de liste dans le Doubs.

Pages