Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Elections

/ Daniel Bordür

L'extrême-droite à 25 %, voire 28,8 en Franche-Comté : des commentateurs sont fascinés. Un Français sur quatre, ajoutent-ils mi inquiets mi gourmands. Oui mais voilà, un électeur sur quatre quand six n'ont pas voté, cela fait un sur dix. 12,8% des inscrits, c'est un citoyen comtois sur huit ; 6,9%, c'est un Bisontin sur quatorze...

Ruptures bisontines

éditorial

Mardi 25 mars 2014

/ Daniel Bordür

Frank Monneur a annoncé vouloir discuter avec Jean-Louis Fousseret et Jacques Grosperrin d'une éventuelle fusion en vue du second tour de l'élection municipale de Besançon. Pour le maire sortant, le fait même que Monneur ait discuté avec le candidat de droite, est une bonne raison de lui fermer la porte. Une autre est la rupture humaine entre les deux hommes. Quant au Front de gauche, en réclamant six places éligibles et la constitution d'un groupe autonome dans une éventuelle fusion, il a lui-même donné les arguments d'un refus de Jean-Louis Fousseret. La rupture est politique.

Accès libre
Jean-Louis Fousseret

/ Daniel Bordür

Le maire sortant PS obtient 33,63% des voix et devance de 721 voix Jacques Grosperrin (UMP) qui a réalisé 31,64%. Il y aura une triangulaire, le FN pouvant se maintenir avec 11,76%. Deux listes de gauche (Girod et Monneur) ont la possibilité théorique de fusionner... avec la liste Fousseret. Le sénateur Humbert fait 4%. Dans la région, six villes passent de gauche à droite dès le premier tour, une de droite à gauche...

Pages