Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

entretien

Mercredi 15 mai 2019 / Michèle Tatu

Le réalisateur de L'Epoque explique son choix de ne filmer que des jeunes : « L’adulte est le point de vue normal, comme l’est l’homme blanc ou l’Occident. J’essaye d’apprendre à faire sans. Car à quoi aurait pu servir la vision des adultes sur des sentiments que le temps leur a fait oublier ? »

Factuel présente deux projections exceptionnelles du film en Franche-Comté : jeudi 16 à 20h30 à Besançon, vendredi 17 à 20h15 à Poligny.

Accès libre

Vendredi 19 avril 2019 / Daniel Bordür

Ancien président de l'association nationale des sapeurs-pompiers, ce colonel à la retraite favorable à une sortie du nucléaire qui prendra selon lui 30 à 40 ans, est l'auteur d'une étude analysant les failles du dispositif de protection civile et formule des propositions susceptibles de construire une « culture du risque ». Il l'a adressé à La France insoumise où il milite à Besançon, et au réseau Sortir du nucléaire.

Jeudi 28 mars 2019 / Daniel Bordür

Enseignant-chercheur en civilisation irlandaise et britannique, Michel Savaric craint que le processus de paix soit menacé en Irlande du nord avec la quasi insoluble question de la frontière et le retour au centre du jeu politique du parti unioniste protestant, le DUP, que les Anglais avaient presque oublié… Il évoque aussi l'effet du Brexit sur les échanges Erasmus, doute de la perspective de « leftxit » (sortie de gauche) de Corbyn…

Mercredi 27 mars 2019 / Daniel Bordür

EELV du Grand Besançon constate que le projet « a présenté de profondes évolutions qui remettent en cause son bien-fondé », demande la suspension des travaux et un audit afin de le « remanier » en fonction des « nouveaux éléments » survenus depuis son lancement. « On était en train de perdre notre âme », explique dans un entretien à Factuel la co-secrétaire locale du parti, Cécile Prudhomme.

Vendredi 15 mars 2019 / Daniel Bordür

Appelé du contingent entre 1958 et 1960, l'artiste ne voulait pas porter les armes et ne tuer personne. Avec l'accord de la hiérarchie militaire et du FLN, le commandant de son unité l'a envoyé enseigner dans un village des Aurès où l'on se souvient encore de lui. Ses photos ont déjà été vues en Franche-Comté, mais pas ses dessins... A Besançon jusqu'au 22 mars, invité par l'association A la rencontre de Germaine Tillion.

Pages