Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

entretien

Mercredi 25 mai 2016 / Daniel Bordür

Besançon fut l'un des bastions du PSU, formation politique née de l'incurie des deux grands partis de gauche à la fin des années 1950 : le PS menait la guerre d'Algérie, le PC se lavait les mains de l'invasion de la Hongrie par l'URSS. Lip et le mouvement des soldats ont marqué son histoire locale. Bernard Ravenel pense qu'aujourd'hui la « forme parti » a vécu.

Vendredi 20 mai 2016 / Daniel Bordür

L'ancienne conseillère régionale, maire de Vincelles et co-porte-parole régionale d'EELV n'a pas apprécié la forme du départ du groupe parlementaire du seul député écologiste de Franche-Comté. Sur le fond, elle constate « la distance » qui s'était creusée entre « ceux qui accompagnent le gouvernement et ceux qui ne veulent pas cautionner la dérive de François Hollande ».

Mercredi 27 avril 2016 / Daniel Bordür

Sociologue, enseignant les sciences politiques à la faculté de droit de Besançon Guillaume Gourgues, répond aux questions de Factuel.info sur le phénomène Nuit debout et ses articulations, notamment avec les quartiers populaires et les syndicats. Il estime qu'une limite du mouvement est d'être dans la parole plus que l'action, à l'inverse des Indignés espagnols ou d'Occupy Wall Street...

Lundi 4 avril 2016 / Daniel Bordür

Concurrent de Jacques Bahi qui entend rester mardi 5 avril à la tête de l'université de Franche-Comté, ce professeur en sciences de gestion a adressé une « analyse de la gouvernance » aux administrateurs dans laquelle il met en cause « la qualité de l'information comptable et financière » et le recrutement de la femme du président dans un service sensible de l'institution.

Daniel Cassard, lors de l'AG des maires ruraux du Doubs en octobre 2015. « Chacun avait une vision au départ, mais en confrontant l'impact fiscal, en examinant les compétences, des avis ont pu changer. Ça a été très compliqué... » Photo d'archives DB

Mercredi 30 mars 2016 / Daniel Bordür

L'arrêté préfectoral du découpage des nouvelles communautés d'agglomérations ou de communes a été pris mardi 29 mars. Il préfigure la carte entrant en vigueur en janvier 2017. Président de l'association des maires ruraux du Doubs, Daniel Cassard explique comment il a fallu y « aller dare-dare ».

Emmanuel Girod : « Aujourd'hui, un apprenti peut travailler jusqu'à 8 heures par jour et 35 heures par semaine. On ne peut déroger que sur décision de l'inspecteur du travail et avis conforme du médecin du travail. Ils ont pondu qu'un apprenti pourrait aller jusqu'à 10 heures par jour et 40 heures par semaine avec information de l'inspecteur du travail et du médecin du travail ! » Photo D.B.

Mardi 8 mars 2016 / La rédaction

Inspecteur du travail à Besançon, syndicaliste et militant du PG, Emmanuel Girod a lu le projet de loi El Khomri qui mobilise contre lui ce mercredi 9 mars. Du forfait-jours à la déconstruction de la hiérarchie des normes et à l'apprentissage, il peine à y trouver des mesures améliorant les conditions de travail des salariés et leur santé.  

Gérard Jussiaux et Henri Lombardi, l'un était secrétaire de l'union locale CFDT, l'autre responsable d'un petit groupe maoïste... Photos D.B.

Vendredi 12 février 2016 / Daniel Bordür

Factuel a réuni deux protagonistes de l'affaire des comités de soldats, Gérard Jussiaux, alors secrétaire permanent de l'union locale CFDT, et Henri Lombardi, universitaire et responsable d'une petite formation gauchiste, Révolution. Leurs propos distanciés éclairent l'ambiance d'une époque.

Pages