Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Etat

Vendredi 21 décembre 2018 / Daniel Bordür

Cette association d'éducation populaire et de soutien scolaire animée par des mères de familles de Planoise avait organisé un rassemblement anti-terroriste en novembre 2015. Elle fonctionne au ralenti depuis la rentrée. La préfecture a sucré les subventions qui finançaient ses trois emplois, arguant la fin d'un dispositif tout en reprochant une atteinte à la laïcité. Le président de l'Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco, n'est pas d'accord.

Mardi 18 décembre 2018 / Daniel Bordür

Activée 800 fois par an, la seconde ligne sauverait une quarantaine de personnes chaque année. Alors que les représentants des médecins et des personnels hospitaliers doivent rencontrer mercredi 19 décembre le directeur général de l'Agence régionale de santé, deux manifestations ont rassemblé plusieurs centaines de personnes ces deux derniers samedis.

Lundi 17 décembre 2018 / Toufik-de-Planoise

Près de 1200 « gilets jaunes » et leurs soutiens défilaient pour la seconde fois samedi 15 décembre dans la capitale comtoise, pour ce qui constitue l’acte V du mouvement. Un événement prolongeant et amplifiant le 8 décembre dernier, à l'inverse de la tendance générale du pays, avec mini barricades et gazages près de la préfecture.

Samedi, peu avant 15 heures 50. Une nouvelle salve de lacrymogènes fait refluer les manifestants. (Photos Daniel Bordur)

Lundi 10 décembre 2018 / Daniel Bordür

Samedi après-midi, les manifestants voulaient rencontrer le préfet qui, le matin même, avait fait dégager sans sommation le barrage filtrant du rond-point de Valentin. Devant la préfecture, un dispositif avait un temps constitué une nasse qui aurait pu être très dangereuse en cas de panique. Le nuage de lacrymogènes a atteint le marché de Noël de Granvelle et touché des familles...

Accès libre

Mercredi 28 novembre 2018 / La rédaction

Grand Besançon Habitat a donné congé à trois locataires de cet immeuble dont il a décidé la démolition et où vivent encore 19 familles pauvres. L'organisme invoque le refus de plusieurs propositions que la Confédération nationale du logement considère non conformes au document entériné en juin par la CAGB. Ce n'est pas l'avis du président de GBH, Pascal Curie.

Mardi 23 octobre 2018 / La rédaction

Deux bennes affrétées par la ville ont récupéré le matériel après que la police a emmené une trentaine de personnes. Les unes, demandeurs d'asile et mineurs, ont été hébergées par l'Etat et le département, les autres font l'objet de vérification et certaines pourraient être expulsées. « Cherchez un presbytère », a suggéré le préfet aux militants de SolMiRé...

Pages