Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Etat

Mardi 15 mars 2016 / Daniel Bordür

Une assemblée générale s'est tenue ce mardi 15 mars à l'amphithéâtre Donzelot de la faculté des lettres. Le comité de mobilisation mandaté par la première AG du mars a mis au débat ses propositions pour la journée nationale. Sur le fond, les premiers reculs du gouvernement encouragent des étudiants expliquant bien connaître la précarité d'un monde du travail qu'ils sont plus d'un sur deux à fréquenter.

Eric Alauzet : « Le manque de transparence, de clarté et de recherche de consensus aura mis les commissaires dans un piège inacceptable ».

Vendredi 15 janvier 2016 / Invité

Interpellé par les élus communistes de Besançon, le député EELV explique pourquoi il a refusé d'approuver le rapport de la Commission d'enquête parlementaire sur la baisse des dotations aux collectivités. Dans un texte adressé à Factuel, il indique : « c’est un sentiment de colère qui m’habite aujourd’hui, le sentiment d’avoir été trompé alors que j’ai sans doute été un des députés les plus présents aux auditions. »

Denis de la Reussille : « Le PLR, le PDC et le PS ont toujours été très attentifs au caractère plurilinguiste du pays. Ils ont toujours fait attention à avoir des élus de la Suisse latine, francophone ou italienne, ce que l'UDC n'a jamais fait. Elle s'intéresse peu aux minorités, n'a jamais eu de conseiller fédéral latin... » Photos DB

Mardi 20 octobre 2015 / Daniel Bordür

Les élections législatives suisses ont été marquées par une poussée de l'UDC (droite nationaliste) qui conforte sa première place et met à rude épreuve la culture politique du compromis. Elu du Parti ouvrier et populaire, Denis de la Reussille est l'un des deux représentants de La Gauche, coalition de petites formations à gauche du PS, au Conseil national. Il replace son engagement dans le complexe système politique helvète. En contre-point, le point de vue du député UDC de La Brévine, Raymond Clottu.

Mardi 28 avril 2015 / Daniel Bordür

Il n'aura pas fallu plus de trois mois pour que l'obsession sécuritaire ne produise un monstre juridique. Texte de surveillance et de circonstance, le projet de loi sur le renseignement qui doit être soumis au vote de l'Assemblée nationale le 5 mai porte en germe des dangers économiques, sociaux, culturels, intimes...

Accès libre

Pages