Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

impressions

/ Michèle Tatu

Le film Merci patron montre comment François Ruffin et ses acolytes de Fakir (magazine d’enquête sociale basé à Amiens) démontent l’image de Bernard Arnault, première fortune d’Europe. Ce n’est pas tout, l’action menée dans la foulée va permettre à un couple licencié de trouver une issue à un endettement monstre. 

/ Daniel Bordür

En avant-première au petit Kursaal, le réalisateur bisontin a présenté Wesh Gros, un film sur une bande d'adolescents d'une petite ville du Nord. Sans projet, sans scénario ni beaucoup de mise en scène, la caméra au plus près de ses sujets, le film explore des moments de vérité. Entre l'ennui, les rires et les répétitions, un moment de grâce émerge... 

La lumière s'oeuvre

impressions

Lundi 14 décembre 2015
Drop (2), 2014, Bill Culbert

/ Nina Guinot

Pionnier de l'art électrique dans les années 1960, l'artiste Néo-Zélandais Bill Culbert, présenté à la Biennale d'art contemporain de Venise en 2013, expose ses installations lumineuses jusqu'au 28 février 2016 au Musée des Beaux-arts de Dole.

/ Michèle Tatu

« Coup de chaud », troisième long métrage du cinéaste bisontin Raphaël Jacoulot qui tourne hors de la région depuis la fin des aides, part d'un fait divers. Il montre comment les rouages d'une société villageoise se grippent en s'appuyant sur un bouc émissaire...

/ Michèle Tatu

Au Festival International de La Rochelle le cinéma voyage entre la mémoire et la création contemporaine. Il est toujours dans l’entre deux ; Les rétrospectives (Visconti, Bellochio, Hou Hsio-Hsien, Mackendrick) revisitent l’histoire alors que les films d’aujourd’hui ouvrent une fenêtre sur le monde et nous emmènent de Beyrouth au Texas en passant par la Géorgie, la Slovénie, la Roumanie…

Pages