Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

impressions

Mercredi 1 mai 2013 / Michèle Tatu

Le film de Margarethe Von Trotta se concentre sur les quatre années de la vie de la philosophe Hannah Arendt (1961-64), correspondant à la période où elle a suivi le procès criminel d’Adolf Eichmann pour le New Yorker. C’est à ce moment là qu’elle a développé sa théorie de la «banalité du mal».

Lundi 22 avril 2013 / Michèle Tatu

Avec un titre qui ressemble à un conte de fée, le film fait référence à l’affaire Eluana Englaro qui secoua l’Italie pendant l’hiver 2008-2009 : âgée de presque 40 ans, une jeune femme était maintenue dans un état végétatif depuis 17 ans et son père avait obtenu de la justice l’autorisation d’interrompre l’alimentation artificielle qui la maintenait en vie

Nicolas Philibert

Mardi 16 avril 2013 / Michèle Tatu

Peut-on écouter avec les yeux et voir avec les oreilles ? « La Maison de la radio », le dernier film de Nicolas Philibert, et une séance en audio-description répondent à cette question… Nicolas Philibert scrute le monde et, comme certains documentaristes, cherche à capter l’invisible.

Sylvie Debras, En Vadrouille

Samedi 30 mars 2013 / Daniel Bordür

Elle a sauté les frontières en 2011, exploré les tourbières en 2008, cherché les traces d'Alésia en 2005... Sylvie Debras la vadrouilleuse emmène ses lecteurs sur les routes du sel dans le onzième numéro annuel du magazine En Vadrouille dont la formule est bien rodée.

Jeudi 28 mars 2013 / Michèle Tatu

« Si l’abeille disparaissait du globe avait prédit Einstein, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre… » L’abeille à miel est essentielle à la reproduction des espèces végétales et partant de là au maintien de l’homme sur terre (un tiers de ce que nous mangeons vient des abeilles). Or depuis une quinzaine d’année la raréfaction de l’insecte (estimée entre 50 et 90 %) est un constat alarmiste.

Jeudi 21 mars 2013 / Michèle Tatu

Un homme sur un cheval. Il porte une cuirasse, symbole de la célèbre fête des samouraïs qui rassemblait chaque année depuis mille ans toute la ville de Minamisoma. La caméra s’approche et fixe quelques secondes son regard inquiet. Autour de lui, une ville fantôme. Une atmosphère pesante. Le vide. Ce qu’on appelle le bord de la zone interdite. Ainsi commence Welcome to Fukushima...

Vendredi 8 mars 2013 / Michèle Tatu

Eve, Francine et Lucie sont sur scène... « Les Touffes qui frisent » défrisent la salle avec des « patata doum » et des « Rossignols du bois joli »... Le public de La Rodia retient son souffle. Pascal Mathieu arrive, poète lunaire de la nuit sombre... Il avance comme un félin au bord de la scène... « On est domestiqué par des vétérinaires ».

Pages