Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Industrie

Une horloge Vuillemin sur le stand du Décolletage de la Garenne, à Micronora. (Photos Daniel Bordur)

/ Daniel Bordür

Une relative confiance en l'avenir semble porter les industriels présents au salon Micronora qui vient de se tenir à Besançon. Porté par la sous-traitance pour la santé, mais aussi l'aéronautique et le militaire, ce secteur clé de l'industrie comtoise est l'objet d'attentions soutenues et de moyens publics importants en matière de recherche et d'organisation des filières.

/ Daniel Bordür

Inaugurant le salon des micro et nanotechnologies Micronora, l'ancien ministre a défendu une politique industrielle française et européenne s'inspirant du rebond post crise horlogère, s'appuyant sur l'investissement de long terme et la combinaison de l'intervention publique et de l'initiative privée. Son discours n'est pas sans contradiction : il veut à la fois réduire le coût du travail et investir dans le capital humain...

/ Daniel Bordür

Cette grève pour « les salaires et le respect » dans une entreprise de huit salariés faisant beaucoup de sous-traitance, est une première. Le mouvement a commencé lundi à la Sol-Pose qui vit dans le giron de la PME familiale Franche-Comté-Nettoyage.

/ Daniel Bordür

L'annonce de la fermeture du site belfortain, entraînant 400 suppressions d'emplois d'ici deux ans, met les salariés en colère et consterne les élus. Le délégué syndical central FO, qui travaille à Ornans, explique que les intérimaires sont remerciés depuis quelques mois : « on pressentait des choses, mais on ne pensait pas que ça irait aussi vite ».

La DRH, Danièle Leport vient donner sa parole aux grévistes : la négociation aura lieu mardi.

/ Daniel Bordür

La direction a renoncé à récupérer deux des onze jours de RTT. Les salariés réclament une augmentation de 50 euros pour tous. Dans un contexte de divergences syndicales sur la méthode, un rendez-vous de négociation est pris pour mardi. Les échanges de ce vendredi matin entre grévistes, délégués et DRH témoignent de relations sociales tendues.

Pages