Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

lettre ouverte

En Suisse, comme ici sur les pentes de la Dole, à deux pas des Rousses et du Col de la Faucille, les affleurements rocheux, les haies et les murgers sont protégés. (Photo d'archives Daniel Bordur)

/ La rédaction

Biologistes, hydrogéologues, écotoxicologues, chimistes, archéologues… de l'Université de Franche-Comté reprennent la plume pour que soit « mis un terme définitif à ces pratiques qui artificialisent et simplifient un patrimoine paysager qui fait la réputation de notre région, détruisent irrémédiablement des milieux d’une grande richesse biologique et favorisent la pollution des cours d’eau ». Il y a quelques semaines, l'Agence régionale de la Biodiversité avait également saisi le représentant de l'Etat.

Accès libre

/ Invité.e.s

Dans cette adresse publique « à nos concitoyens », la Confédération paysanne analyse la fragilité des paysans au regard de la mondialisation capitaliste des échanges et de la transformation des productions agricoles. Elle exhorte à « relocaliser notre agriculture et nos systèmes alimentaires en France, en Europe, et pour tous les peuples ! »

Accès libre

/ Invité.e.s

Des responsables associatifs, syndicaux et politiques écrivent à la présidente de région et aux présidents du département du Jura et du Grand Dole pour leur dire qu'il y a mieux et plus urgent à faire, notamment pour les transports du quotidien et la politique sociale, que dépenser 20 millions d'euros en 8 ans dans le renouvellement d'une délégation de service public qui a déjà coûté 28 millions au lieu des 5 annoncés en 2010… 

Accès libre