Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Politique

Lundi 26 mars 2018 / Invité

99 citoyennes et citoyens de Besançon et du Doubs interpellent les institutions publiques locales dans un texte que Factuel publie. Ils disent leur exigence de l'inconditionnalité de l'accueil, pour que le droit des réfugiés et apatrides à chercher asile figurant dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, dont se revendiquent les dirigeants français, ne soient pas des vains mots.

Accès libre

Lundi 26 mars 2018 / La rédaction

Une nouvelle manifestation de soutien à la maternité, à la chirurgie et aux urgences de la petite ville de montagne a réuni 1200 personnes samedi 24 mars. L'exécutif du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a décidé de ne pas voter le Schéma régional de santé de l'ARS soumis à consultation des collectivités jusqu'au 6 mai.

Jeudi 22 mars 2018 / La rédaction

C'est sensiblement plus que le 10 octobre 2017 qui avait vu défiler 5500 Franc-Comtois dans huit manifestations au lieu de sept ce 22 mars. Les critiques contre la politique libérale du gouvernement montent en intensité... Logique : ses projets commencent à devenir concrets alors que les souvenirs de mai 68 et décembre 95 sont convoqués.

Jean-Louis Fousseret : « Il y a 35 ans de dette à résorber, ce n'est ni de droite ni de gauche, c'est une obligation, il n'y a pas d'alternative... » (Photos Daniel Bordur)

Lundi 12 mars 2018 / Daniel Bordür

Les crédits des services municipaux et les subventions aux associations devraient baisser de 5%. Ce sont « les seules réelles marges de manœuvre » dont dispose la ville alors que l'État limite l'évolution des dépenses de fonctionnement des collectivités locales pour participer au désendettement public auquel Jean-Louis Fousseret ne voit « pas d'alternative ». Un bémol : un « effort exceptionnel » d'investissement.

Lundi 12 mars 2018 / Daniel Bordür

A quelques jours d'une mobilisation des retraités, le député LRM du Doubs a tenté de rattraper l'effet négatif de son entretien au Parisien. Le conseil municipal de Besançon a été suspendu quelques minutes sur demande de l'opposition. Son site publie une soixantaine de réactions toutes plus outragées les unes que les autres et sa page Facebook bruisse de commentaires violents.

Pages