Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Politique

/ Daniel Bordür

Combien de personnes parmi les 601 inscrites sur les listes électorales de Besançon qu'Ipsos a interrogées pour L'Est républicain et France Bleu ont répondu qu'elles voteraient pour une liste ? S'il y a autant d'abstentionnistes qu'en 2014 où ils avaient été plus de 47% au premier tour, la question est légitime : ils ne seraient que 315 sur 601 à voter… D'ailleurs, la fiche du sondage mentionne en petits caractères que les intentions de vote sont basées sur un échantillon de 300 personnes, avec une marge d'erreur faisant osciller l'écart entre 5,5 et 16,5%…

/ Toufik-de-Planoise

Fannette Charvier, députée LREM du Doubs, devait présenter ses vœux ce samedi matin à l’école des beaux-arts de Besançon. Mais attendue de pied ferme par une centaine de manifestants qui bloquaient le site, la cérémonie a dû être annulée. Ce qui n’a pas empêché l’élue de venir au contact des « perturbateurs », instaurant tant bien que mal le dialogue.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

En pleine mobilisation contre la réforme des retraites, l’intersyndicale de Belfort avait appelé à un rassemblement devant le conseil des prud’hommes pour perturber l’audience de rentrée solennelle. La CGT et FO avaient décidé de ne pas participer à cette audience pour protester contre les suppressions de postes à venir, la complexification des requêtes, le plafonnement des indemnités, le recours accru au juge professionnel, etc. À terme, ils redoutent une « disparition pure et dure des conseils de prud’hommes. » Plus tôt dans l’après-midi, la CFDT avait obtenu la présidence, alors que la CGT la revendiquait.

/ Daniel Bordür

L'ancienne gare routière de Lons-le-Saunier est occupée depuis le 9 janvier par Julien Da Rocha, militant associatif, activiste libertaire et gilet jaune... Les tentatives policières de l'en déloger ont échoué, mais la visite d'un huissier présage d'une action judiciaire pour l'expulser. En attendant, plus de cent personnes ont rendu visite à un lieu qu'il envisage comme un vecteur de solidarité et d'éducation populaire, complémentaire des mobilisations syndicales.

/ Toufik-de-Planoise

Ils étaient environ 4000 à manifester ce 9 janvier contre la réforme des retraites à Besançon, un chiffre en légère baisse par rapport aux précédents rendez-vous du mois de décembre. Les participants gardent confiance, beaucoup de professions étaient encore représentées. Certains s’étaient donné rendez-vous après la manifestation pour une action de blocage fugace de la circulation vers Micropolis. Elle s’est soldée par 14 interpellations et 7 gardes à vue.

Accès libre

/ Daniel Bordür

Une trentaine de contraventions pour distribution d'imprimés aux automobilistes, entrave à la circulation ou « bruit ou tapage injurieux troublant la tranquillité d'autrui » ont été infligés à des manifestants en novembre et décembre. Quinze auditions sont programmées d'ici le 13 février. Un collectif dénonce une « répression policière ». On dénombre 2500 à 4000 manifestants dans le Jura ce 9 janvier où les voeux de la députée LREM Danièle Brûlebois ont été perturbés.

/ Toufik-de-Planoise

La semaine de reprise du mouvement social commence fort avec déjà plusieurs actions menées, dont la perturbation des vœux présentés mercredi soir par le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret. Membres et proches de syndicats, Gilets jaunes et assemblée citoyenne, voulaient « marquer le coup » avant la manifestation du 9. Le Palais des sports a été envahi, mais la cérémonie a pu se tenir avec plus d’une heure de retard et sous bonne garde policière.

Accès libre

/ Daniel Bordür

A la veille de la première journée nationale de l'année contre le projet du gouvernement, le secrétaire départemental de la CGT du Jura Richard Dhivers sent parmi les militants « une volonté de ne pas laisser passer » la réforme. Son homologue de la FSU Nathalie Pszola a retrouvé à la rentrée des enseignants « avec une conscience plus aigüe de ce qui va se passer avec la réforme ». Reste que des salariés du privé ne sont pas mobilisés « à la hauteur de l'enjeu ». A la caisse de grève des cheminots s'est adjointe une caisse de grève des enseignants…

/ Toufik-de-Planoise

La discussion était animée lors de l’assemblée générale du mercredi 18 décembre à Besançon, où syndicats, gilets jaunes et autonomes fixaient les objectifs et modalités du mouvement d’opposition à la réforme des retraites. Au cœur des débats, la poursuite des « hostilités » à Noël / Nouvel An alors que la prochaine mobilisation nationale est prévue le jeudi 9 janvier. Les plus téméraires ont tranché : passage à France 3, reprise du rond-point de Roche-lez-Beaupré, « invasion » d’un conseil visant la vente de Saint-Jacques, opérations péages gratuits, tractages, manifestations, protestations devant les grandes surfaces…

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Entre syndicats et Gilets jaunes, c’est un peu je t’aime moi non plus. Après les déchirements des débuts, la lutte contre la réforme des retraites sonne maintenant le rapprochement. La convergence est par exemple très marquée à Belfort, encore timide à Besançon et presque inexistante à Vesoul. Mais partout, et malgré les divergences sur les modalités de la mobilisation et parfois sur les revendications, ces « deux mondes » tentent un rapprochement plus ou moins réussi, tant l’union de toutes les forces apparait indispensable pour éviter la casse du modèle social et construire une société plus juste.

Pages