Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

rencontre

Samedi 30 mars 2019 / Michèle Tatu

Le 17 janvier 2018, Michèle Tatu était au festival Premiers Plans d'Angers qui accueillait Agnès Varda. « Je suis féministe depuis toujours. J’ai défendu le droit à la contraception et à l’avortement. Une femme peut choisir entre être ronde ou être plate. On n’a pas besoin de maîtres », disait lors d'une rencontre avec le public, la cinéaste qui vient de disparaître... Nous republions l'article paru alors.

Accès libre

Mercredi 5 décembre 2018 / La rédaction

Une vingtaine de stands animent du 6 au 8 décembre le quartier Europe-Cassin : Village du monde a été préparé par les bénévoles d'une association œuvrant depuis dix ans au dialogue des cultures et à l'apprentissage du français, mais aussi par les élèves d'établissements scolaires et de structures culturelles.

Guy Boley dans son bureau (photos Daniel Bordur)

Mardi 27 novembre 2018 / Daniel Bordür

L'écrivain bisontin, dont le second roman, Quand Dieu boxait en amateur, était dans la pré-selection du prix Goncourt après que Fils du feu a été primé huit fois, participe cette semaine à plusieurs rencontres avec des publics variés dans le cadre du festival littéraire des Petites Fugues. « Dans un roman, dit-il, la mémoire, le réel, la vérité se recoupent... »

 

Jeudi 4 octobre 2018 / Daniel Bordür

Le président CGT du conseil des prudhommes de Dole, 40 ans de militantisme ouvrier, avait été licencié en 2012 par C&K, l'entreprise où il était délégué syndical. Réintégré en 2017 après un arrêt favorable de la cour administrative d'appel de Nancy, il a de nouveau été exclu après que le Conseil d'Etat a demandé un nouvel examen du dossier. Une « remise en cause illicite du droit à réintégration » selon la Direccte...

Mercredi 19 septembre 2018 / Daniel Bordür

L'historien spécialiste de Proudhon était syndicaliste au SGEN où il représentait les « pions » et président de l'AGEB-UNEF à l'université de Besançon lors de la disparition de Maurice Audin. Il témoigne pour Factuel des tensions qui régnaient avant son élection en novembre 1956 entre anti-colonialistes et pro Algérie française qui ont animé le syndicat étudiant pendant un an avant lui.

Pages