Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

reportage

/ Guillaume Clerc

Florence Parly, ministre des Armées, a visité lundi 24 juin la base aérienne 116 de Luxeuil-les-Bains et a pu rencontrer des jeunes volontaires du Service national universel (SNU). Elle a surtout annoncé que la BA 116 serait dotée à partir de 2032 d’avions Rafale en remplacement des vieux Mirages 2000-5. De quoi rassurer les élus qui craignaient la disparition du plus gros employeur de la ville.

/ Daniel Bordür

Des fonctionnaires territoriaux sont mécontents des projets de loi sur la fonction publique et le logement social qui ont des impacts directs sur l'emploi local. Les élus PS, EELV et PCF ont adopté une motion les soutenant. Le compte administratif 2018 montre en même temps que le budget prévus pour rémunérer les personnels se montait à 3 millions de plus que ce qui a été dépensé…

/ Guillaume Clerc

Les salariés de General Electric ont remporté une première victoire en empêchant la tenue de la réunion qui devait lancer le plan social. Le maire de la ville, Damien Meslot, a ensuite refusé de louer une salle à GE pour une nouvelle réunion prévue vendredi et les syndicats, qui ont rencontré la Direccte, menacent de porter l’affaire en justice pour contraindre l’État à faire respecter les engagements pris par GE dans l’accord qui conditionnait la vente de la branche énergie d’Alstom. Et samedi, tout le monde s’attend à une manifestation massive à Belfort en soutien aux salariés de GE.

Accès libre

/ Léo Ballery

1,73 nanogrammes de glyphosate par millilitre de sang ! C'est la moyenne des analyses effectuées sur les urines de 110 pisseurs volontaires francs-comtois, tous testés positifs. Campagne glyphosate 25 a dévoilé les résultats qui vont de 0,41 à 3,86 ng/ml lors d'une conférence de presse précédant un rassemblement public à Besançon. 

/ Toufik-de-Planoise

Plusieurs dizaines de Comtois ont répondu à un appel national engageant à converger sur Dijon pour l'Acte 30 des gilets jaunes, samedi 8 juin. Les autorités redoutaient une tournure critique… et semblent avoir tout tenté pour la permettre : interdiction du rassemblement dans le centre, coercition avant le départ du cortège, gazages de participants passifs, coups, insultes… Résultat : le cœur historique en partie ravagé, des protagonistes et des passants blessés et choqués, des pacifistes oscillant entre dégoût et radicalisation.

Accès libre

/ Daniel Bordür

L'Espace de dialogue des gauches et de l'écologie a commencé à discuter à l'automne en vue des municipales de 2020 à Besançon avec des ateliers thématiques qui se sont réunis plusieurs fois. Une plénière abordait récemment la démocratie locale et les transports… Le travail se poursuit d'ici l'été… 

Pages